Ne dis jamais d'où tu viens

Quarante-cinq ans d'insuccès, ça vous fait un bonhomme !
Rodolphe - Petits fantômes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Espionnage

Ne dis jamais d'où tu viens

Fantastique - Historique MAJ mardi 13 mars 2018

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Pascal Tissier
Marseille : IS Édition, juillet 2016
380 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-36845-116-8

N'oublie jamais ton passé !

Tout commence de manière anodine lorsqu'un journaliste est chargé d'aller effectuer un reportage sur une archéologue qui organise des fouilles. Mais alors qu'il arrive, elle fait une découverte archéologique étrange et on lui tire dessus. Une fuite s'organise tandis que le passé tout aussi étrange de la jeune archéologue remonte à la surface. Pourquoi cette découverte met-elle en branle des services secrets aussi importants que ceux de la Chine et des États-Unis ? Tandis que les morts s'accumulent, le journaliste et la jeune femme, qui sont devenus un couple, tentent d'en savoir plus, ne serait-ce que pour se sortir de cette situation qui les a conduit à être pourchassés. Mais la solution est loin d'être évidente car elle met en jeu des données assez complexes.
Voilà un roman étrange qui commence calmement, devient une histoire policière presque classique avant de virer vers le thriller international puis vers le récit d'anticipation. Plus on avance, plus les révélations sont énormes et rappelleront à nos vieux lecteurs des intrigues dignes des grandes pages de "L'Aventure mystérieuse" chez J'ai lu. Les événements s'ajoutent les uns aux autres, sans s'additionner. On a souvent l'impression que Pascal Tissier a eu une bonne idée, et qu'il la suit dans ses prolongements sans trop se rendre compte que tout cela n'est pas très crédible, que de nombreux deus ex machina ponctuent son récit. La multiplication des aventures, les insertions de personnages secondaires liés aux services secrets permettent de maintenir l'attention d'un lecteur mais tout s'oublie presqu'aussi vite au fil d'une lecture qui s'accélère. En plus, en développant le passé (douloureux) de ses deux personnages centraux, l'auteur plombe un peu une histoire, écrite de manière extrêmement classique, qui affleure les choses sans véritablement les approfondir. Pascal Tissier courre après l'idée directrice tout au long de son roman.

Citation

Au bord du gouffre, Ugo dut changer de look et revoir à la baisse ses ambitions de grand reporter.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 13 mars 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page