A.B.C. contre Poirot

Le commissaire n'avait même pas pris le temps de quitter son manteau. Il dégoulinait, laissant derrière lui une traînée d'eau sale.
Pat Milesi - Le Petit vendeur de meringues
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 septembre

Contenu

Roman - Policier

A.B.C. contre Poirot

Énigme MAJ jeudi 20 novembre 2008

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5,2 €

Agatha Christie
The A.B.C. Murders - 1935
Jean Bernard (illustrateur de couverture)
Traduit de l'anglais par Françoise Bouillot
Paris : Le Masque, mars 2007
222 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7024-3320-1
Coll. "Agatha Christie", 263
Hercule Poirot
Extrait audio :


Ce qu'il faut savoir sur la série

Détective belge presque toujours pris pour français à son grand dam, Hercule Poirot est un grand amateur de chocolat et de ses moustaches qu'il s'empresse de peigner, faisant de lui un dandy invétéré et effrayant pour les Britanniques. Souvent antipathique par son refus de dire les choses, ses manières empruntées qui confinent à la pédanterie et sa trop grande confiance en "ses cellules grises", Poirot cultive l'art des intrigues. Ses aventures sont souvent narrées par le capitaine Hastings, et ce depuis La Mystérieuse affaire de Styles. L'inspecteur Japp a une confiance inestimable en celui que la nature a affublé d'un prénom colossal, comme l'avoue le Dr Thompson dans ABC contre Poirot (1936). Hercule Poirot apparait dans plus de trente romans dont les fameux  Le Meurtre de Roger Ackroyd (1926), Le Crime de l'Orient-Express (1934) et Mort sur le Nil (1937). On le voit également dans de nombreuses nouvelles et une pièce de théâtre (Black Coffee, 1931).

Chronique

C'est un Hercule Poirot vieillissant à la moustache plus teintée que jamais qui s'attaque à une de ses plus effroyables enquêtes. Accompagné d'un capitaine Hastings sur le retour (d'Amérique du Sud), Poirot doit démêler le vrai du faux dans une intrigue trop bien ficelée et où il est difficile de dissocier la tête de la queue. En soi, recevoir une lettre anonyme signée A. B. C. n'est pas rare ; qu'après, la brave Mrs Ashley meure à Andover avec un indicateur A. B. C. des chemins de fer posé devant elle peut être une étrange coïncidence ; quand Betty Barnard est retrouvée étranglée sur la plage de Bexhill, un indicateur à ses côtés, le doute n'est plus permis. L'heure de la stimulation des petites cellules grises a sonné, d'autant que la population s'inquiète des agissements d'un tueur en série qui menace arbitrairement des personnes dont la première lettre du nom coïncide avec celle de leur ville !
Si pour la police, il n'y a aucun doute que le tueur est un fou, Hercule Poirot sent qu'il y a ce petit quelque chose de réfléchi qui lui fait penser que l'homme a un but. Comme toujours, cela se résume  à la question "à qui profite le crime ?".
Tout a déjà été dit sur A. B. C. contre Poirot. Intrigue brillante écrite par la reine incontestée du crime en 1935. Hercule Poirot mène son enquête sous le regard amusé de la police qui ne croit pas à son succès. Il garde pour lui certaines de ses réflexions pour finir par réunir tous les suspects et démasquer le coupable. Cette réédition par les éditions du Masque vaut essentiellement par sa traduction récente (1992) de Françoise Bouillot et par son aspect fac simile. En effet, la couverture reprend l'illustration originale de la première édition du Masque (à l'époque où les couvertures cartonnées étaient ornées d'une jaquette) par Jean Bernard. C'est la première réédition du genre, mais pas la dernière. Histoire à suivre !

Citation

De ma vie je n'oublierai ce 11 septembre.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 22 septembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page