Inavouable

Avec l'impartialité et la fermeté qui conviennent à un homme probe et libre...
Sophie Képès - Probe et libre : un écrivain juré d'assises
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 décembre

Contenu

Roman - Thriller

Inavouable

Braquage/Cambriolage - Complot - Artistique MAJ jeudi 14 décembre 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Zygmunt Miloszewski
Bezcenny - 2013
Traduit du polonais par Kamil Barbarski
Paris : Fleuve, septembre 2017
594 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-265-11623-8
Coll. "Fleuve noir. Thriller"

Raphael Code

En 2014, le film Monument Men avait remis sur le devant de l'actualité l'un des aspects particuliers de la Seconde Guerre mondiale. À côté des horreurs militaires et économiques, des massacres en tous genres perpétrés, et de la Solution finale, il y avait eu aussi des horreurs artistiques, les nazis pillant avec soin les trésors culturels des différents pays qu'ils avaient envahi. La Pologne ne fut pas épargné par ce mouvement de fonds, même si à la fin de la guerre, des conservateurs mirent au point un système afin de repérer les voleurs et d'essayer de récupérer le maximum de pièces, y compris celles de certains de leurs compatriotes qui avaient même oublié de les déclarer à leur pays (notamment la collection, imaginaire, d'un comte qui acheta de nombreux impressionnistes alors qu'ils n'étaient pas connus). Aujourd'hui, après l'intermède soviétique, la Pologne panse ses plaies, et a décidé de retrouver ses trésors perdus, même si, entre ce qui a disparu sous le nazisme, sous le communisme et les emprunts des propres dirigeants du pays, la situation ets plus que complexe.
C'est à partir de cet état de fait que démarre le roman de Zygmunt Miloszewski. Son intrigue débute lorsqu'une information arrive dans les hautes sphères hautes sphères : une photo qui montre l'un des tableaux volés il y a bien longtemps. C'est une œuvre du grand Raphael qui se trouve dans une maison américaine. Aussitôt est constituée une équipe de bric et de broc pour aller récupérer de manière illégale ce joyau, une équipe autour du Docteur Zofia Lorentz composée d'un agent secret hors pair mais proche de la retraite, d'une voleuse professionnelle et d'un marchand de tableaux en délicatesse avec les lois. L'équipe ainsi formée est une version réduite des Douze salopards. Tout ce beau monde se rend donc aux États-Unis, mais là les choses ne se passent pas exactement comme prévu car tout s'apparente à un piège. Pourquoi donc ? Organisé par qui ? Les membres de l'équipe sont poursuivis par un mystérieux tueur et, dans le même temps, tentent de découvrir la vérité sur le piège et continuent leur recherche sur le tableau disparu.
Le lecteur aura repéré le schéma de l'histoire qui rappelle quelques souvenirs : constitution d'une équipe, chasse au trésor par l'intermédiaire d'indices complexes, jeux sur la culture avec les tableaux disparus et dont on ignore tout y compris les sujets. Par dessus ces éléments, la chasse pour les tuer afin de masquer un secret encore plus grand (et qui sera dévoilé dans les pages ultimes). Tout ces éléments font d'Inavouable un récit fort, prenant, empli de bruits et de suspense, qui aurait peut-être gagné à être un peu resserré (notamment dans un intermède en Grèce). L'auteur se permet même de détruire ses personnages, y compris ceux qui nous sont sympathiques si cela est nécessité par les besoins narratifs, ce qui est assez rare pour être noté. Même si le récit emprunte à des images et des scènes classiques du genre, comme s'il avait été conçu pour servir de script à un prochain film de George Clooney, son intrigue est construite avec assez de soins pour convier le lecteur à cette chasse improbable.

Citation

À voir les mines des gens qui couraient vers la salle, on pouvait croire qu'une distribution de téléviseurs gratuits y avait lieu, et non qu'on y montrait des taches de pigments dilués dans l'huile.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 14 décembre 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page