La Dernière licorne

Dans un coin, il y a un groupe de conseillers anglo-saxons expliquant à des hommes d'affaires géorgiens comment il faut appliquer les nouveaux principes du capitalisme moderne plutôt que les vieilles recettes de la corruption locale.
Pierre Christin & André Juillard - Léna et les trois femmes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 15 novembre

Contenu

Roman - Thriller

La Dernière licorne

Religieux - Ésotérique - Complot MAJ lundi 27 novembre 2017

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Tobby Rolland
Paris : Presses de la Cité, mai 2017
594 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-258-14487-3

Là où courent en liberté les licornes

Les plus anciens de nos lecteurs se souviendront peut-être, avec une certaine nostalgie, de la collection de chez J'ai lu "L'Aventure mystérieuse" consacrée aux thèmes du surnaturel, de l'Atlantide et des rencontres avec les extra-terrestres. Après une certaine érosion, ces concepts étaient revenus à la mode dans la foulée des livres de Dan Brown et de ses théories complotistes, et de la série X-Files. C'est dans cette ambiance que va travailler Tobby Rolland avec ce premier roman. Un parlement mondial des religions s'inquiète car des gens tentent de percer le mystère du mont Ararat. Au sommet de celui-ci, il y aurait des traces de l'arche de Noé. Bizarrement, depuis des décennies, chaque fois que quelqu'un entreprend des recherches pour essayer d'en savoir plus, il meurt dans des circonstances mystérieuses ou alors ses preuves disparaissent. Visiblement, deux groupes s'opposent pour tenter de percer le mystère. D'un côté, les Nephilim, dont les motivations sont floues, mais qui laissent derrière eux une odeur de soufre et, de l'autre, un groupe dirigé par l'étrange Cortes, voleur, assassin et violeur, qui répand la terreur et multiplie les actions sanglantes pour s'emparer des trésors archéologiques et scientifiques du monde entier.
Tout débute avec les travaux scientifiques de Cécile Serval, une jeune glaciologue chargée de mesurer la disparition de la calotte glaciaire, et notamment de regarder les résultats de ses calculs sur les glaciers qui surmontent le mont Ararat. Quelqu'un veut faire disparaître ces résultats, et la jeune femme s'inquiète avec plusieurs questions à la clé : celui qui semble la pourchasser et celui qui vient de la sauver ne font-ils pas partie des gens qui veulent détruire les éléments dont elle dispose ? Pourquoi son mystérieux sauveteur passe son temps à lui montrer des licornes cachées dans les vitraux des différentes cathédrales européennes ? Surtout, pourquoi a-t-il également une licorne tatouée sur le bras ?
Le roman n'est pas au sens strict une analyse pointue du mystère et il n'y a pas de longs tunnels explicatifs, comme dans le Da Vinci Code. Le récit est plus une suite de scènes qui présentent la course-poursuite des deux groupes pour découvrir où est cachée la vérité. Des alliances improbables se nouent, des personnages se déplacent à travers le monde pour présenter les traces et indices. Le tout doit se lire comme un gigantesque jeu de pistes, avec son lot de scènes sanglantes, de péripéties, de retournements de situation et de trahisons en tous genres. Les méchants sont très méchants et les gentils essaient de lutter sans trop faire de mal. Le récit est mené tambour battant, plus porté par son action que par un style qui reste classique et passe-partout, comme une grande aventure de Bob Morane, avec quelques passages de révélation sur les extra-terrestres, les licornes et autres imaginaires que l'on retrouve avec plaisir, comme lorsque l'on regardait les aventures de Mulder et Scully.

Citation

Depuis Jacob, un paquet de tarés ont grimpé sur l'Ararat pour chercher des traces de cette putain d'arche. Alors Jalil, me fais pas chier avec tes légendes de lieux protégés par les anges pour éloigner les curieux !

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 27 novembre 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page