Les Fantômes de Saint-Michel

Carol était pétrifiée. En face d'elle, Hitchcock affichait son masque marmoréen. Elle le voyait comme le juge qui condamne à mort Grace Kelly dans Le crime était presque parfait.
René Bonnell - Hitchcock, roman
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 juillet

Contenu

Roman - Espionnage

Les Fantômes de Saint-Michel

Politique - Disparition MAJ jeudi 29 octobre 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Jake Lamar
Ghosts of Saint-Michel - 2006
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Catherine Cheval, Stéphane Carn
Paris : Rivages, septembre 2009
306 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-1997-8
Coll. "Thriller"

Cuisine d'espions sauce afro-américaine

Marva Dobbs est une Afro-Américaine qui vit à Paris depuis les années 1960. Elle est mariée à l'avocat Loïc Rose. Ils ont une fille, Naima, qui cherche à percer dans la technique du cinéma aux États-Unis. Marva dirige un des restaurants les plus cotés de Paris. Après la naissance de sa fille, elle a cessé les amours libertines sauf que depuis que Hassan Mekachera est derrière les fourneaux, Marva n'est plus elle-même. À force de se côtoyer tard la nuit, ils finissent par mélanger tous les aliments sur la table de la cuisine. Et leurs corps tout pareil.
Ça, c'était avant les vacances en Bretagne. Parce qu'au retour, Marva apprend que Hassan est recherché pour actes de terrorisme sur un obscur bâtiment américain infesté d'espions depuis 1945. Victime d'un accident, Marva est hospitalisée pendant que Jeremy, son second au restaurant, se retrouve avec un couteau dans le ventre. Ce qui n'aide ni à respirer, ni à divulguer des secrets de famille à une Naima revenue illico presto d'un pays qui sera à jamais transformé dans un mois : nous sommes en août 2001. S'ensuit une course contre la mort et la montre. D'autant que Marva a été enlevée de l'hôpital, et que de vieux messieurs pointent le bout de leur borsalinos place Saint-Michel.
Jake Lamar est un Américain installé à Paris depuis plus de quinze ans. Il n'y a donc rien de surprenant à voir l'histoire de ce roman se dérouler dans notre Capitale. Après un début laborieux où il est plus question de littérature rose que noire, l'inertie se fait la malle et le roman gagne en rythme. Jake Lamar nous fait alors découvrir son Paris américain issu de rencontres afro-américaines multiples et de retours sur l'histoire peu glorieuse des quais de Seine ; il instille subtilement doute et paranoïa puisqu'à la fin de la lecture de ce roman, chaque lecteur quand il croisera un Américain à Paris ne pourra s'empêcher de penser que c'est un espion.
Les amateurs de complots en tous genres promptes à théoriser au moment de commander une pression dans le premier rade venu en seront pour leur argent. Tout y passe depuis celle qui veut que le gouvernement Américain savait qu'en décembre 1941 les Japonais attaqueraient Pearl Harbor. D'anciens espions forcés recrutés au moment de la Guerre froide reprennent du boulot pour organiser la lutte contre l'ennemi d'aujourd'hui : Al-Qaida. Et ces pépés de la gâchette ont besoin de bons boucs émissaires et d'un bel attentat. Pourquoi Paris ? Parce que rien ne vaut une bonne répétition générale pardi. Ce dernier roman de Jake Lamar nous plonge dans un bain d'espionnage saupoudré d'une terrible paranoïa.


On en parle : La Tête en noir n°143 |L'Ours polar n°50

Citation

Ce qu'il faudrait à l'Amérique, c'est un nouveau Pearl Harbor.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 27 octobre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page