Au fond des bois

C'est à l'instant même où la conscience fantôme de Chris s'arracha de son enveloppe charnelle que le sens de la symbolique des corps suspendus lui apparut aussi pur que du cristal de roche.
Fabio M. Mitchelli - À la verticale des enfers
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 juillet

Contenu

Roman - Policier

Au fond des bois

Social - Mafia - Gang MAJ mardi 31 janvier 2017

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Karin Slaughter
Unseen - 2013
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Emmanuel Plisson
Paris : HarperCollins France, janvier 2017
474 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 979-10-339-0022-1
Coll. "HarperCollins Noir"

Monde de traîtres

Il y a des criminels qui sont connus des services de police et que l'on peut surveiller et incriminer facilement. C'est également le cas dans les romans policiers et particulièrement dans celui de Karin Slaughter. Dans son intrigue, les forces de police sont inquiètes car un bruit court, une rumeur persiste : un certain Big Whitey serait en train de réorganiser la criminalité de la région à son profit. Angoisse car le mythe Big Whitey est effrayant : c'est un truand qui s'installe, organise son système de manière capitaliste, fédère les voyous et n'hésite pas à liquider les policiers ou les juges qui se mettent en travers de sa route.
Will Trent, policier d'élite, est chargé d'une mission d'infiltration afin de découvrir qui se cache derrière ce mystérieux Big Whitey. Il s'est donc mis en cheville avec Tony qui pourrait être le lien entre les bas échelons du crime et le parrain, mais sous couverture, il lui devient compliqué de pouvoir discuter avec sa nouvelle amie. De son côté, Lena est une femme flic qui aurait pu coincer l'un des bonnets de la drogue locale, mais lors d'une mission d'arrestation, ce dernier s'est suicidé sous ses yeux (sans doute par peur d'aller en prison et d'être tué sur ordre du parrain). Quelques jours plus tard, son équipe commence à être décimée par les hommes de Big Whitey. Se pose alors la question des motivations de Big Whitey, et les réponses peuvent être multiples - de la simple vengeance à la crainte d'une information importante dévoilée malencontreusement. Lorsque Lena est à son tour attaquée, elle n'en réchappe que de justesse grâce aussi à Will Trent qui faisait partie des assaillants.
L'histoire va donc se dérouler sur plusieurs plans : d'un côté Lena, dont le mari survit à l'hôpital (il a été grièvement blessée lors de l'attaque des hommes de main de Bigh Whitey), et qui doit faire face aux angoisses (car elle cache une partie de la vérité aux autres policiers, un élément qui pourrait faire plonger Big Whitey) et dont les actions sont surveillées de près par ses supérieurs et la police des polices, de l'autre Will Trent qui doit jouer un double jeu, tout en essayant de préserver son couple. Comme on le voit l'histoire est de facture classique et son traitement stylistique reste lui aussi dans la tradition soignée : récits alternés, luttes de pouvoir au sein de la police, corruption et traîtrises dans les deux camps, contradictions entre les volontés du métier et les désirs individuels. Toutefois Karin Slaughter sait insuffler du rythme (la raison pour laquelle on tue l'équipe de Lena est très intéressante) et ses personnages de méchants ont une épaisseur forte : à côté d'un Big Whitey, truand, pédophile caché au fond des bois, véritable Keyser Söze protéiforme, Tony Dell, le mentor de Will Trent et sa demi-sœur qui est à la fois infirmière et trafiquante, sans évoquer des personnages secondaires (dont des enfants) très bien dessinés. Le suspense est mené avec soin et une forte progression pour maintenir la tension et l'attention du lecteur. Au fond des bois est une honnête surprise de la part de Karin Slaughter et qui mérite une place dans la bibliothèque d'un honnête amateur de polars.

Citation

L'extrémité perça la peau, découpa le cartilage. Une goutte de sang lui glissa dans l'oreille, pénétrant dans le conduit avec une lenteur insoutenable. il sentit naître un spasme.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 31 janvier 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page