Frères de Brooklyn

Il est arrivé juste avant que j'aille à la banque. J'ai remarqué ce dollar qu'il avait flambant neuf.
Sidney Salkow - Le Shérif de fer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 novembre

Contenu

Roman - Noir

Frères de Brooklyn

Social - Sportif MAJ jeudi 29 octobre 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 10,5 €

Jason Starr
Lights Out - 2006
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Marie Ollivier-Caudray
Paris : Rivages, mai 2009
448 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-1980-0
Coll. "Noir", 738

La vie formidable de Jack Thomas, star(r) du base-ball

Jake Thomas est LA star du base-ball. Issu du quartier défavorisé de Brooklyn, il est maintenant riche à souhaits et sa vie s'apparente plus à du football américain qu'à son sport de prédilection tant il bouscule tout sur son passage. Car Jake Thomas n'a pas de morale et ne suit qu'une loi : la sienne. Il a un agent qu'il menace sans arrêt de virer, le plus sérieusement du monde, et à qui il demande sans cesse l'impossible. Et ce qu'il y a de surprenant c'est que l'impossible devient réalité. Enfin ça c'était avant que Jake Thomas fricote avec une mineure qui faisait plus que son âge, la salope. Le père de la salope, ou de la mineure, au choix !, demande réparations. Pour Jake Thomas, il n'en est pas question. D'ailleurs, il décide de se marier avec Christina, sa fiancée. Celle qu'il a longtemps fait poireauter et cocufier, et qui a fini par céder aux avances de Ryan Rossetti, l'ami d'enfance qui a vu sa carrière de sportif se terminer brutalement à cause d'une blessure. Jake Thomas n'aime pas sa promise. Il se promet d'ailleurs de la tromper avec la première venue comme cette hôtesse de l'air qui lui a laissé son numéro de téléphone. Ce mariage n'est que prétexte à étouffer l'affaire qui fait plus que se profiler. Et puis, elle a pris des des fesses. Il y a de la cellulite en veux-tu en voilà. Bon, il faudra l'inscrire à la salle de gym. Et se coltiner son père. Mais Ryan Rossetti ne l'entend pas de cette manière. Les nerfs à vif, il est près à tout pour remettre Jake Thomas dans le premier avion.
Au milieu de ce drame intimiste, Jason Starr égrène d'autres drames tous issus d'un quartier en ébullition dont les habitants ne dorment que d'un œil. Et pour cause ! Ils sont confrontés à une violence urbaine omniprésente. La drogue, le chômage condamnent les habitants du quartier dès leur naissance. Avec un humour noir et macabre, Jason Starr monte une farce dramatique dans une cocotte minute sans soupape. Au fil des pages, on aspire à ce feu d'artifice que seul mérite un Jake Thomas, le seul à avoir eu toutes les cartes en mains pour s'en sortir et à les avoir gaspillées. On le veut émasculé, humilié, ridiculisé. Et ce qu'il y a de bien avec Jason Starr, c'est qu'il est là pour combler les plus sauvages de nos désirs. Et même plus...
À la lecture de Frères de Brooklyn, on comprend que le sport - du moins le sport américain - passionne. Le lecteur français pourrait être rebuté par les explications technico-sportives qui sont au début omniprésentes. Qu'il se rassure, celles-ci finissent par s'estomper !


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°38

Citation

Cet endroit était un trou merdique où végétaient minables et cinglés, de pauvres nazes empêtrés dans leurs rêves à la con et leurs espoirs perdus, qui méritaient leur sort.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 23 octobre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page