Pardon

Quel rôle notre système juridique moderne pouvait-il bien jouer dans une société qui présumait que la loi et le droit dépendent du contexte social et des expériences accumulées au cours de l'histoire ?
Lars Petterson - La Loi des Sames
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 23 septembre

Contenu

Roman - Policier

Pardon

Prison - Terrorisme MAJ jeudi 04 février 2016

Note accordée au livre: 1 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Harriet Marin
Paris : H.M.J., octobre 2015
340 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-1518765704

Confessions d'un terroriste solitaire

L'argument est simple. Un jeune terroriste qui vient d'abattre un "social démocrate" espagnol, se retrouve en prison et nous offre ses confessions. C'est l'occasion pour Harriet Marin, l'auteur, de présenter un adolescent qui vit juste avec sa mère. Son père est en effet un beau parleur qui a fui et continue des années durant de faire comme si c'était là une situation normale. L'adolescent en question réussit à l'école mais, un soir, sa mère qui travaille beaucoup pour joindre les deux bouts meurt dans un accident. La trajectoire du futur surdoué va virer tout aussi soudainement : délinquance, rédemption grâce à un vieil homme qui lui fait confiance et aux livres, puis rencontre d'une jeune femme qui l'entraîne vers un "gourou", chef d'un groupe terroriste. Raconté comme une longue lettre de confession, le récit est auto-centré sur son personnage principal qui passe son temps à discutailler, à se donner le beau rôle, à revenir sur certains événements, à ressasser. Du coup, les arrières-plans sont simplement esquissés : un riche libraire, une femme peu décrite, une mère et sa relation amoureuse complexe avec on l'a déjà dit un beau parleur qui passe son temps ailleurs et repousse toute idée de vie commune. La vision simpliste du monde terroriste présenté comme un regroupement de paumés idiots, façonnnés, manipulés par un gourou aux buts plus ou moins clairs, qui vit dans la clandestinité mais a famille, enfants, travail et réputation fera sourire. Pardon donne l'impression d'être un théâtre d'ombres où Harriet Marin dispose de marionnettes et, souvent, s'écoute écrire, se plait à aligner des phrases. Derrière un premier jet, les différents lecteurs remerciés au final auraient pu aider à une réécriture tant ce roman donne une impression d'amateurisme, voire de candeur. L'idée d'un terroriste se repentant pourrait être intéressante, mais elle mériterait mieux que ce traitement léger et superficiel, passe-partout et sans accroche véritable.

Citation

Je vous demande pardon. Je ne savais pas. Ou si, plutôt, je savais, mais je ne réalisais pas tout le mal que je faisais.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 04 février 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page