Le Petit vieux des Batignolles

Il essayait de faire quelque chose - cela lui faisait mal aux mains - il ne savait pas encore quoi parce qu'il était désorienté. Il savait que c'était capital, et il savait qu'il allait échouer. Son cœur était gonflé d'amour et d'angoisse. I griffait le sable.
Atticus Lish - Parmi les loups et les bandits
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Policier

Le Petit vieux des Batignolles

Braquage/Cambriolage MAJ vendredi 25 septembre 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7 €

Émile Gaboriau
Paris : Liana Levi, septembre 2009
96 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-86746-518-5
Coll. "Piccolo", 33

L'enquête était presque parfaite

La réédition du Petit vieux des Batignolles, par les éditions Liana Levi coïncide avec le passage d'un téléfilm réalisé par Claude Chabrol sur France 2. Ce roman, édité en 1876 à titre posthume, est d'abord paru en feuilleton au Petit journal. Récit à la fois singulier, bref et novateur, il nous propose un crime, un enquêteur et un coupable. Le crime, celui d'un petit vieux, assez sordide. L'homme avant de mourir a eu le temps d'écrire avec son sang le début du nom de son assassin. Cherchez le mobile, vous trouverez l'assassin. Bref, c'est sûrement celui qui hérite. Simple dans l'esprit. Sauf que si l'on cherche également la femme, celle de l'assassin est du genre à faire tourner les têtes. L'enquêteur, Méchinet, est l'ancêtre de Sherlock Holmes. D'ailleurs, lui a déjà son Watson. Celui-là même qui s'étonne que la victime ait utilisé sa main gauche pour révéler son meurtrier. Méchinet travaille en marge de la police. Il écoute les conseils de sa femme et fait un véritable travail d'investigation sur le terrain, n'hésitant pas à auditionner le moindre témoin mineur. Et puis il y a cette concierge qui en dit trop ou pas assez. La justice prompte à dégainer sa guillotine, et ce chien qui ne reconnaît pas ses maîtres. Moins de quatre-vingt seize pages tout en rythme et en naïveté permettent à cette histoire de tenir en haleine le lecteur. De le surprendre et de tisser une toile, une intrigue, qui détonne par son originalité, ses rebondissements qui sont l'essence même du roman policier. En un sens, Gaboriau pose là les jalons du roman policier du siècle à venir. Un roman initiatique du genre à (re)découvrir.

Citation

Quand le hasard est si intelligent que cela, quand il sert une cause avec tant d'à-propos, il est bien difficile de ne point le soupçonner d'avoir été quelque peu préparé et provoqué.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 24 septembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page