Du même sang

Le phénomène fanatique est vieux comme le monde - ou plutôt comme le culte religieux ou mystique.
Véronique Chalmet - Fanatiques
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Du même sang

Ethnologique - Social - Assassinat - Trafic MAJ mercredi 16 décembre 2015

Note accordée au livre: 1 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,5 €

Laura McHugh
The Weight of Blood - 2014
Traduit du par Marie Boudeweyn
Paris : Calmann-Lévy, mai 2015
336 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-5715-2

White trash

Jeune serveuse à Henbane au cœur des Ozark dans le Missouri, Lucy Dane est encore hantée par la disparition inexplicable de sa mère Lila lorsque le drame frappe à nouveau : Cheri, sa meilleure amie, est retrouvée assassinée. Dans une caravane appartenant à son employeur, Lucy trouve un bijou ayant appartenu à la récente défunte. Cette dernière serait-elle passée par là ? Lucy va découvrir un système sordide de prostitution forcée...
Du même sang, premier roman de Laura McHugh, n'est assurément pas un "thriller obsédant" telle que la quatrième de couverture voudrait nous le faire croire. Tout au plus un mélodrame gothique — avec même un orage final ! — qui se déroule dans ce quart-monde si pittoresque du fin fond du Missouri et que l'on adore du moment qu'il se trouve le plus loin possible de nous. Au début, l'écriture soignée accroche, mais la forme du roman choral finit par noyer le poisson : les existences et les réflexions (limitées) de la mère et de sa fille sont si semblables qu'il faut faire attention pour reconnaître qui est qui — sans même des touches signifiant un changement d'époque ! — et les autres personnages n'apportent pas grand-chose. On ne donne pas dans cette arnaque du roman naturaliste où il faut qu'il ne se passe un minimum (sinon, c'est vulgaire), juste dans une vague ambiance à la Erskine Caldwell mais consciencieusement aseptisée. Le pire est encore que l'aspect policier semble là pour faire joli, puisque des éléments importants sont expédiés et que même la résolution est floue. Alors on nous inflige des pages et des pages où il ne se passe rien de notable en compagnie de personnages dont la vie intérieure est particulièrement stérile. Alors, on comprend que l'ensemble est destiné à passer à la moulinette télévisuelle...

Citation

Il lui est alors venu à l'esprit que ce n'est pas par hasard si l'âge vous prive des plaisirs de la vie, vous ôte petit à petit tout ce qui vous procure de la joie ou que vous considérez comme allant de soi. C'est pour éviter qu'il faille entendre raison, le moment venu. Ce jour-là, vous serez prêt, parce que tout ce qu'il y avait de bon dans votre vie en aura disparu.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 16 décembre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page