Paris jour

Vous voyez ? Bertolt Brecht avait raison... Les Allemands ne pourront jamais faire de révolution, parce qu'ils ne peuvent pas prendre une gare s'ils n'ont pas leur ticket de quai.
Raúl Argemí - Patagonia Tchou-tchou
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 14 novembre

Contenu

Nouvelle - Noir

Paris jour

Social - Urbain MAJ vendredi 02 octobre 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Collectif
Caryl Férey (nouvelle)
Romain Slocombe (nouvelle)
Ingrid Astier (nouvelle)
Marc Villard (nouvelle)
Jean-Bernard Pouy (nouvelle)
Michel Chevron (nouvelle)
Lalie Walker (nouvelle)
Marcus Malte (nouvelle)
Sébastien Gendron (nouvelle)
Jean-Jacques Reboux (nouvelle)
Didier Daeninckx (nouvelle)
Christian Roux (nouvelle)
Paris : Parigramme, janvier 2015
164 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-84096-687-6
Coll. "Noir 7.5"

La ville lumière, côté sombre

L'idée de ce recueil est somme toute assez simple : faire raconter à des écrivains de polar des histoires se déroulant entre l'aube et le soir, à Paris. Le choix des auteurs fait beaucoup et l'éditeur a sélectionné parmi les valeurs sures du genre pour concoter un casting prenant. Chaque nouvelle reflète bien l'atmosphère et les ambiances de leur créateur : une pointe de politique et d'histoire pour Romain Slocombe, de l'ironie et du cynisme capitaliste pour Jean-Bernard Pouy, des ambiances délétères pour Lalie Walker ou un peu de boxe et de drogue pour Marc Villard, sans que les auteurs se parodient mais livrent des textes qui leur ressemblent de bonne tenue.
Le moins que l'on puisse dire c'est que l'ambiance est sombre sur la Capitale, même dans les heures de plein soleil. Beaucoup de ces nouvelles montrent une ville où les habitants sont esseulés, perdus et sombrent dans la folie, que ce soit un employé moyen, dirigé par sa femme et qui se réfugie dans un univers fantasmatique, une jeune femme qui attend le retour de son enfant kidnappé ou un Parisien qui essaye de "sauver" une handicapée qui fait la manche et l'entraine en haut de la Tour Eiffel. Sans oublier un personnage qui se prend pour un vampire ou un puissant marchand prêt à faire exploser un quartier pour pouvoir recevoir la call-girl de son choix. Ce sont aussi des histoires de vengeance (à moins que la vengeance ne soit aussi une certaine forme de folie). Une vengeance méthodique et organisée comme celle de ce frère qui veut venger la mort de sa sœur droguée en tuant le responsable de leurs problèmes ou celle d'un homme malheureux qui conserve des boules de neige dans son congélateur pour tuer l'amant de sa femme.
Au total, donc, douze univers, douze façons d'aborder Paris, sa noirceur, des Parisiens paumés qui ne peuvent que sombrer dans le désespoir ou obtenir des victoires dérisoires tandis que des policiers, impuissants comptent les points ou ne comprennent rien, à l'instar de celui qui ouvre le récit et qui compte les heures le séparant de sa soirée en regardant par la fenêtre un assassin sans se douter de rien.

NdR - L'ouvrage est composé des nouvelles suivantes : "Neiges éternelles" d'Ingrid Astier, "Baby blues" de Michel Chevron, "Danko 35" de Didier Daeninckx, "Casanova Inc." de Caryl Férey, "Paris, city of love" de Sébastien Gendron, "Ouvrez la cage" de Marcus Malte, "Le Gibier le plus dangereux" de Jean-Bernard Pouy, "J'aurais voulu être un vampire" de Jean-Jacques Reboux, "Le Boulevard aux moignons" de Christian Roux, "Rue des Boulets" de Romain Slocombe, "Danse dans la lumière" de Marc Villard & "Fais ce qu'il te plait" de Lalie Walker.


On en parle : La Tête en noir n°149

Citation

Le type du balcon d'en face l'observait. Duchesne soutint ce regard piqué d'ombre. Il se demanda ce que les légistes pouvaient bien lire dans le cœur des hommes.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 29 septembre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page