Le Contrat Salinger

Il inspira et sentit remonter l'odeur métallique qui imprégnait la terre. Le souffle de l'histoire. L'odeur du sang. Il souleva le masque.
David Gibbins - Le Masque de Troie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Le Contrat Salinger

Psychologique - Enquête littéraire - Complot MAJ samedi 22 août 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Adam Langer
The Salinger Contract - 2013
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Émilie Didier
Paris : Super 8, août 2015
312 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-37056-029-2

Signature sans engagement

En littérature, lorsqu'il est question d'un contrat, c'est assez souvent d'un pacte signé avec le diable qu'il s'agit. Et Dieu sait s'il ne faut pas manger avec le Diable sauf si l'on dispose d'une cuillère avec un très très long manche. Conner Joyce est un écrivain qui a commis quelques thrillers de bonne facture, mais sa gloire a pâli et il a du mal à vivre de son métier. Aussi, par peur de la page blanche et des regards de son éditeur qui semble ne plus lui faire les yeux doux, Conner Joyce se pose nombre de questions. Et c'est pas fini... Car lorsqu'il reçoit la visite de l'homme d'affaires (plutôt douteuses d'ailleurs) Dex, il va trouver matière à s'interroger. Le richissime individu s'offre une collection de livres rares et bien particuliers. Jugez plutôt : il a décidé que la meilleure façon d'avoir une collection originale, c'était de faire écrire des livres à certains auteurs, des livres publiés à seulement un exemplaire pour satisfaire sa mégalomanie, et dont les auteurs ne parleraient évidemment jamais tout en s'engageant à ne jamais les republier d'une manière ou une autre. Bien entendu, Dex propose à Conner Joyce d'entrer dans sa collection spéciale au sein de ces écrivains étrangement panthéonisés. Ce dernier accepte mais sera-t-il pour lui possible de remplir sa part du contrat ? En effet, comment expliquer à sa famille sa richesse soudaine - car Dex paye très bien ? Les choses se compliquent encore plus quand Conner Joyce s'aperçoit que Dex se sert de son livre très détaillé pour accomplir le vol fictif qui y est commis. Et, de fait, c'est un Conner Joyce bien embêté qui se confie à un autre écrivain, encore plus décavé que lui, auteur d'un seul roman et n'arrivant plus à écrire...
Jouant sur le registre réaliste - l'histoire est racontée par le deuxième écrivain qui est annoncé comme étant Adam Langer, le véritable auteur du livre que nous sommes en train de lire, et mélangeant des grands auteurs réels (comme un certain J. D. Salinger) et d'autres fictifs qui auraient accepté le contrat de Dex, ce qui expliquerait certains détails troublants de leur vie -, Le Contrat Salinger est une plongée amusante dans le monde de l'édition. Des passages savoureux évoquent une auteur qui écrit de mauvais romans de vampires hyper vendeurs, d'autres montrent le caractère vaniteux et creux des maisons d'édition, ou décrivent de manière apocalyptique la tournée de promotion d'un écrivain dans des villes de province improbables. En contrepoint, on découvre le quotidien d'un écrivain, entre angoisses métaphysiques sur son travail, et peurs réelles liées à son statut précaire - comment écrire LE chef d'œuvre du siècle quand, par manque d'argent, on est obligé de régler soi-même les problèmes de plomberie du grand manoir acheté avec un best-seller ?
L'intrigue est renforcée, outre par le côté "diabolique" du contrat de Dex et de son homme de main qui semblent tout savoir, par un goût certain de la mise en abyme. Un écrivain qui vit la situation la raconte à un autre, qui en même temps nous explique entre deux rencontres la vie difficile qu'il mène avec femme et enfants pour essayer de vivre de sa plume. Rusé et malin, tressautant comme un petit diablotin, Le Contrat Salinger se lit d'une traite, entre roman noir classique, ironie douce et touches qui le rendent profondément proches du lecteur.


On en parle : L'Indic n°23

Citation

- Ma femme adore vos bouquins.
- Elle fera la queue comme les autres, ta pétasse.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 22 août 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page