La Mort au festival de Cannes

Vous avez sous vos ordres un jeune officier, qui vient d'entrer dans le renseignement, mais qui a fait de solides études et qui s'est distingué au combat. Il est un peu trop doué pour qu'on l'emploi simplement à mener une compagnie dans une tranchée.
Ben Pastor - Lumen
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Policier

La Mort au festival de Cannes

Énigme - Pastiche - Artistique MAJ mardi 21 juillet 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Brigitte Aubert
Paris : Le Seuil, mai 2015
260 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-121829-9
Coll. "Policiers"

Retour inattendu

Il semblerait que l'étoile (littéraire) de Brigitte Aubert soit un peu ternie, ce qui est dommage et même injuste, vu l'excellence de La Ville des serpents d'eau, son précédent roman qui en remonterait à bien des usineurs de thriller industriel. Du coup, l'idée de revenir à son héroïne du maintenant classique La Mort des bois (1996) faisait un peu peur. Elle pouvait évoquer ces chanteurs sur le retour qui tentent d'exploiter leur gloire passée à coups de remix ou de nostalgie foireuse...
Le premier volet de ce qui est désormais une trilogie était un suspense glaçant au parti pris casse-figure (une héroïne tétraplégique, aveugle et muette) poussé dans ses derniers retranchements avec une intelligence rare, et le deuxième - La Mort des neiges (2000) - tirait tant vers le grand-guignol (ce que l'on était en droit de trouver aussi bien rébarbatif que jouissif) au point de se demander si ce n'était pas une commande d'éditeur. Ce nouveau texte aborde un genre différent, celui de la comédie policière à la sauce Agatha Christie avec une pointe de Columbo. En effet, voilà Élise Andrioli au festival de Cannes suite à la première d'un film tiré de ses aventures, telles qu'elles ont été retranscrites par une certaine Brigitte A. (qui s'est excusée car elle avait piscine). On reconnaît l'humour auto-référentiel de la romancière qui pourrait tomber à plat si ce vaudeville criminel n'était pas si bien mené. Élise, ici flanquée d'une aide envahissante, reste un personnage attachant, et ses nombreuses considérations touchent juste. Une fois de plus, les cadavres vont pleuvoir autour de cette héroïne et d'un aréopage de personnages pittoresques sans donner dans la farce monstrueuse façon Nadine Monfils. Élise est membre du jury Jeunes talents. Propulsée par son fauteuil roulant aérodynamique à turbo intégré, aidée d'un ordinateur à synthèse vocale spécial non-voyant, elle va surtout grandement épauler le capitaine Kevin Isidore dans la résolution d'une enquête qui piétine (et pas seulement les cadavres). Si l'ambiance de Cannes est égratignée, on ne va heureusement pas jusqu'à cracher dans la soupe. Brigitte Aubert nous amène tranquillement jusqu'à une conclusion logique, mais quelque peu expédiée, même si au moins, elle n'étire pas son propos.
Au final, on est peut-être en droit de penser "tout ça pour ça", mais somme toute, ce roman n'a pas la prétention d'être autre chose qu'un divertissement enjoué et léger. En ce sens, le contrat est parfaitement rempli. Un auteur a bien le droit de se détendre entre deux textes plus ambitieux, du moment qu'il le fait avec talent. Et le talent reste une marque de fabrique de Brigitte Aubert...

Citation

Il est jeune, il est dans la vie, il avance. Moi, je n'ai que ça à faire : ruminer et cogiter. Miss Marple en fauteuil roulant. Mais qui se souvient de Miss Marple ? Les moins de trente ans doivent vaguement la confondre avec Mamie Nova.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 21 juillet 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page