Les Morts renaitront un jour

D'après mon enquête préliminaire, sa mère était morte cinq fois. Trois fois d'un cancer, deux fois de la tuberculose et une fois d'une occlusion intestinale. Heu, minute... Ça nous faisait six fois.
P. G. Sturges - L'Expéditif
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Policier

Les Morts renaitront un jour

Politique - Historique - Assassinat - Corruption MAJ jeudi 02 juillet 2015

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Christoph Ernst
Dunkle schatten - 2012
Traduit de l'allemand par Brice Germain
Paris : Piranha, juin 2015
322 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-37119-020-7
Coll. "Black Piranha"

Dos à dos

Käthe est une femme juive qui a fui l'Allemagne des années 1930 pour les États-Unis. Aujourd'hui âgée, elle est revenue dans une ville de Berlin réunifiée afin de récupérer les biens qui lui ont été confisqués par les nazis. Quelques jours plus tard, son corps est retrouvé au pied d'un monument dédié à l'holocauste. Se serait-elle suicidée ? C'est la piste que privilégie la police, au grand dam de Maja, sa nièce, surtout lorsqu'elle découvre un lien entre le policier chargé de l'enquête et un promoteur immobilier qui lorgnait sur les terrains que réclamait sa vieille tante morte. Il incombe d'ajouter qu'un bel homme tourne autour de Maja et que nul ne peut savoir s'il est attiré par sa beauté ou s'il a d'autres idées derrière la tête.
L'intrigue de ce roman allemand de Christoph Ernst commence comme un "Poulpe" ou un ouvrage politico-policier, mais l'auteur a visiblement peur de choisir un camp et d'apparaître trop manichéen. Aussi, il passe son temps à contrebalancer des descriptions qui rappellent l'antisémitisme des années sombres de l'Allemagne par les exactions possibles de l'État d'Israël ou par les horreurs en réponse que proposa le régime de l'Allemagne de l'Est. L'un des personnages centraux du livre est d'ailleurs un ancien nazi qui a réussi à se reconvertir dans la police politique du nouveau régime et a pu ainsi continuer les mêmes actions pour un nouveau maître.
Mais le roman se focalise aussi beaucoup sur Maja : entre se déboires amoureux et la découverte d'un passé familial qu'elle avait un peu négligé, l'héroïne erre à l'intérieur de l'intrigue un peu comme une âme en peine. Entre la dictature hitlérienne, les compromissions des nouveaux dirigeants avec l'ancien appareil étatique, des deux côtés du mur, et une dénazification incomplète, les liaisons étranges entre les riches et les néo-nazis des rues, toutes les idéologie sont renvoyées dans les cordes. Il reste peut-être un peu d'amour pour survivre au monde moderne mais pour Maja, est-ce vraiment la solution ? Son premier copain ne pense qu'à s'éclater avec sa meilleure amie et le nouveau voit en secret le policier corrompu qui est peut-être en train d'enterrer l'enquête sur la mort de sa tante Käthe.
L'intrigue se déroule dans une sorte de grisaille - les amours tristes de l'héroïne, les idéologies et choix politiques qui s'estompent et sont en porte-à-faux avec la réalité, une ville qui veut oublier son passé pour vivre tranquillement -, qui déteint sur le style, lui aussi un peu terne. Le suspense est en retrait par rapport aux considérations humaines et psychologiques, et il est difficile d'être vraiment captivé par les aventures de Maja dans la grande ville où l'Histoire est si pesante.

Citation

Toujours est-il qu'elle repose là où elle l'a voulu. Et on peut prier sur sa tombe aussi bien en allemand qu'en hébreu.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 25 juin 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page