Casa Ventoso

Le boxeur resta bouche bée. Cette fille était une véritable mine.
Serguei Dounovetz - Le Rap de la Butte-aux-Cailles
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 15 novembre

Contenu

Roman - Policier

Casa Ventoso

Musique - Drogue MAJ mardi 31 mars 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Fredrik Ekelund
Casa Ventoso - 2005
Traduit du suédois par Philippe Bouquet
Montfort-en-Chalosse : Gaïa, février 2015
206 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-84720-471-1
Coll. "Polar"

Fort comme un rock

Un roman qui évoque avec tendresse les frères Davies et les Kinks ne peut être foncièrement mauvais. Passé ce postulat, on peut être à même de se demander pourquoi un romancier suédois qui développe une intrigue qui se déroule à Malmö lui donne un titre évoquant plutôt le Portugal. Serait-ce pour évoquer le riche Suédois dont la vie oscille entre son Nord natal, les plages espagnoles et les palaces brésiliens ? Serait-ce parce qu'il vient de mourir, massacré à coups de hache laissant une veuve éplorée, et que des rumeurs le disent lié au trafic de drogue dont le quartier dégradé de Casal Ventoso est l'un des emblèmes ? En tout cas, Hjalmar, le policier chargé de l'enquête est bien ennuyé car il reçoit des messages du tueur (ou de quelqu'un qui le connaît), et ces messages l'incitent fortement à rechercher la vérité dans le passé, dans les années 1970 plus exactement. Et plus son enquête avance, plus les liens avec sa propre jeunesse comme guitariste du groupe de rock Why Men deviennent évidents.
Casal Ventoso se construit ainsi sur deux niveaux avec une première partie, distillée avec justesse au cœur du texte, qui reconstitue l'univers de la drogue, de la production lointaine à la seringue locale, en passant par la gamme des intermédiaires et les désastres qu'elle occasionne. L'autre partie restitue avec finesse la façon dont se délitent les rêves. Les rockeurs des années 1960-1970 voulaient un univers meilleur et espéraient que les drogues (dites douces) pourraient aider à cette prise de conscience. Ce genre musical en était alors à ses balbutiements. Il représentait une gigantesque terra incognita dont il fallait définir les contours, explorer les territoires et écouter les sonorités si diverses. Le roman oscille ainsi entre le plaisir de repasser une millionième fois un morceau des Beach Boys et les frissons lorsque des oreilles éberluées ont découvert pour la première fois une guitare se mettre à vivre et vibrer sous les doigts virtuoses de Jimmy Hendrix. Figés dans cette nostalgie (Hjalmar, pour résoudre l'énigme provoque même les retrouvailles de son groupe), dans cette atmosphère où prendre un buvard de LSD semble être une innocente plaisanterie sans conséquence, les personnages se trouvent soudain confrontés au monde moderne dans lequel la drogue est un produit mortifère, l'objet d'une consommation délétère, comme une parabole de notre monde où l'on est passé du mode de l'Être (un joint pour regarder le monde) à celui de l'Avoir (la drogue comme produit de la mondialisation et du capitalisme).
Fredrik Ekelund rend avec soin, à travers des personnages attachants (sa description pudique du tueur en est le parfait exemple), une intrigue qui joue sur une nostalgie que le lecteur sent comme vraie et non feinte et sait faire se répondre avec justesse son étude documentée et ses gros plans sur les acteurs du drame.

Citation

Je ne suis qu'un petit brise-lames, un tout petit brise-lames, bon sang, qui fait ce qu'il peut pour endiguer le mal.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 31 mars 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page