La Bannière était en noir

Plus j'avance, plus j'ai le bide qui se contracte, je serre les miches, tu ne peux même pas imaginer. Fourre-moi une olive dans la raie du cul, je te fais un litre d'huile vierge, première pression à froid. T'entraves pourquoi je ne vais pas bien ? Non ? Ben oui, plus j'avance, plus je me rends compte que c'est chez la môme Martine qu'ils sont tous...
Stanislas Pétrosky - Je m'appelle Requiem et je t'...
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 24 février

Contenu

Roman - Noir

La Bannière était en noir

Social MAJ vendredi 21 août 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Christian Roux
Paris : La Branche, février 2009
94 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-35306-032-0
Coll. "Suite noire", 29

PSG 1 - tolérance 0

Christian Roux est l'exception qui confirme la règle. Il figure dans la "Suite noire" sans jamais avoir été publié dans la "Série noire", condition normalement indispensable pour apparaître dans la collection dirigée par Jean-Bernard Pouy. La raison ? L'un de ses textes devait sortir quand la "Série noire" s'est arrêtée sous sa forme ancienne. Dont acte.
Voici Christian Roux guidant les pas d'un jeune Normand dans un Paris qu'il découvre. Il ne connaît d'ailleurs pas grand-chose à la vie en général, et va prendre les sens interdits, ceux des extrêmes, des intolérances et du hooliganisme.
Une plongée courte et brutale, très vaguement inspirée d'un tragique faits divers survenu lors du match PSG-Hapoël Tel Aviv de 2006, à lire aussi comme une observation aiguisée de la vie et de la balance fragile qui fait pencher du bon ou du mauvais côté. Sans espoir de retour.

Citation

Parfois, certains jeunes se pointent avec des couteaux ; des petits enculés morts de trouille et incapables de jouer le jeu. Fais surtout gaffe au moment où ils reculent. Quand tu commences à mettre la misère à une équipe, ils se chopent la rage et deviennent dangereux. Sinon, rassure-toi, si t'as peur, c'est normal.

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur mercredi 05 août 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page