Bäckström. Épisode 1 : Linda

Faites attention aux livres. Faites attention à la subversion. Ce pouvoir inique est révolutionnaire, car il est intime. il agit de manière reptilienne. Il vous tente et , s'il pénètre, il tue et conspire à une renaissance. Un livre est un assaut.
Giuseppe Genna - L'Année-lumière
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 27 mai

Contenu

Roman - Policier

Bäckström. Épisode 1 : Linda

Énigme - Assassinat - Procédure MAJ mercredi 11 mars 2015

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Leif GW Persson
Linda - som i Lindamordet - 2005
Traduit du suédois par Catherine Renaud
Paris : Rivages, octobre 2014
556 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2913-7
Coll. "Thriller"

Gare au prochain épisode !

Protégé par son double statut d'ancien professeur à l'École Supérieure de Police et de vedette médiatique, Leif GW Persson ne craint pas d'oser ce qui serait impensable en France à visage découvert : dire pis que pendre de la police de son pays. Cette fois, l'occasion en est le meurtre, au fin fond du Småland, de Linda Wallin, stagiaire de police et jeune femme sans histoires. Le cas est assez épineux pour que l'on demande le renfort des "grands spécialistes" de Stockholm, à savoir l'ami Bäckström (promu aux plus hautes fonctions en vertu du principe d'incompétence), et les "deux nigauds" de service, Erik Knutsson et Peter Thorén. Comme il s'agit apparemment d'un crime sexuel, notre commissaire obsédé se frotte les mains. Il va être assisté d'une trentaine de personnes (habituelle critique de l'auteur : la disproportion des moyens civils et militaires pour une énigme qui sera résolue par... une vieille dame de quatre-vingt-dix ans !). Singularité : le meurtrier a laissé sur place son... slip et ses Reebok puants mais n'a pris ni l'argent, ni les bijoux de sa victime. Celle-ci a été vue dans une boîte de nuit la veille du crime et a un petit ami vite mis hors de cause pour alibi en béton. Devant la noirceur du crime (elle a été violée plusieurs fois et a reçu treize coups de couteau), la presse commence à parler de tueur en série, de meurtre rituel et d'immigrés suspects : un Polonais ne vivait-il pas juste au-dessus de la victime et cette affaire ne rappelle-t-elle pas celle d'un autre Polonais (maintenant interné psychiatrique avec camisole de force) ? Et l'ADN de l'assassin pourrait être ethniquement étranger. La psychose se propage et une garde civile contre les violences sexuelles se constitue dans la ville (sans trop de vigilance quant au passé de ses membres sur ce point). Devant l'impasse dans laquelle se trouve l'enquête, on fait appel à Lars Martin Johansson, héros de l'auteur en tant que "seul flic honnête" de son pays, qui s'intéresse aux notes de frais de Bäckström (contre qui une plainte pour exhibitionnisme a été déposée) et le rappelle à Stockholm pour le remplacer par le tandem féminin Anna Holt et Lisa Mattei (qui figurent aussi dans un volume précédent). Mais celles-ci arriveront sur place... à la fumée des cierges, car l'affaire est résolue grâce à un pull taché jeté, de dépit, par une amante délaissée. L'épilogue juridique ne fait que confirmer les doutes que l'on peut nourrir sur le triomphe de la vérité et de la morale. Mais qu'on se rassure : la police et les médias en prenant aussi pour leur grade.
C'est du Persson pur jus, à tel point que cela devient lassant, en particulier les pensées lascives de Bäckström qui émaillent au rythme d'une par page, si ce n'est plus, chacune de celles où il paraît. Le ton sarcastique n'est certes pas déplaisant, comme preuve que l'auteur n'est pas dupe d'un récit dont il ne cesse de souligner lui-même le côté caricatural. Sans doute "le" lecteur (alibi perpétuel des écrivains et éditeurs en mal d'originalité) en redemande-t-il. Mais faut-il vraiment le gaver à ce point ?

Citation

Växjö. Est-ce que ce n'est pas au bord de la mer [Ndlr : seulement à une bonne centaine de kilomètres] quelque part au sud, dans le Småland ? Ça doit bien grouiller de femelles en cette saison.

Rédacteur: Le Huron svécomane lundi 09 mars 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page