Les Yeux plus gros que le ventre

Il se força à respirer calmement et ferma les yeux pour faire le vide. Dans ces circonstances d'extrême gravité, où l'enjeu était leur vie, il était urgent... de prendre son temps.
Laurent Bettoni - Arthus Bayard et les maîtres du temps
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 15 novembre

Contenu

Roman - Policier

Les Yeux plus gros que le ventre

Historique - Tueur en série - Gastronomie MAJ lundi 09 mars 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8 €

Jô Soares
As esganadas - 2011
Traduit du portugais (Brésil) par François Rosso
Paris : Folio, septembre 2014
320 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-045608-6
Coll. "Policier", 737

À déguster sans modération

Le roman policier a souvent été couplé avec le blues, le jazz et toutes les formes du rock, mais comment peut-il s'acclimater - même s'il y a de grands musiciens de ces styles variés sous les chaleurs sud-américaines - sous des cieux brésiliens ? Peut-être par l'intermédiaire du fado ou de la saudade, ce que tente ici Jô Soares avec la samba et surtout son personnage, Esteves, policier portugais, ami de Pessoa, chassé de son pays et réfugié dans au Brésil juste avant la Deuxième Guerre mondiale. Son intrigue gigote dans tous les sens. Elle mélange les corps et ne se prend jamais au sérieux.
L'histoire ? Un tueur en série a décidé de faire payer le pêché de gourmandise aux grosses femmes qui pullulent dans Rio. Il les kidnappe, les fait mourir en les gavant, les énuclée, puis dispose les corps dans des positions artistiques. Le commissaire chargé de l'enquête engage pour l'assister Esteves qui a longtemps été le Sherlock Holmes de la police lusitanienne avant de devenir pâtissier à Rio de Janeiro.
Le roman alterne les scènes où nous suivons le tueur dans ses actions, ses pensées, décrites avec une jubilation extrême, comme pour nous donner l'eau à la bouche : des femmes grosses pulpeuses, à la Rubens qui se tortillent sous l'avalanche de gâteaux qui les submergent, coincées parfois dans des confessionnaux d'où elles débordent ou pendues dans les décors d'un opéra. Le reste du roman consiste en l'évocation des milieux artistiques et des discussions des policiers, plus empreints de culture que de sciences balistiques.
En fond, l'auteur présente la vitalité du pays dans les années qui préfigurent la guerre : dictatures locales, débuts de la société de consommation à l'occidentale, visite des émissaires nazis qui ne viennent pas encore repérer des villas pour leur future retraite.
Comme les pâtisseries que les victimes dévorent, Les Yeux plus grands que le ventre est un texte sucré, calorique sans être gras, qui se déguste pour sa nonchalance, sa légèreté, ses personnages excentriques - un policier fan de Pessoa, un nain qui va vivre une double histoire d'amour malheureuse, un tueur qui sillonne la ville avec son corbillard blanc, et une esthète allemande.

Citation

Telles sont les dernières paroles de Charon Barroso, infortuné propriétaire des pompes funèbres Styx, avant de mourir bouilli dans le potage préféré de sa mère : une soupe grasse au chou, à la saucisse et aux épices qu'on appelle le caldo verde.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 07 mars 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page