Confession d'un tueur à gages

Cela faisait dix heures qu'il n'avait rien mangé et il n'avait pas cessé de boire depuis le moment où il était monté dans l'avion. Il tenait une sacrée biture.
James Hadley Chase - Tu me suivras dans la tombe : et autres romans
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 21 juillet

Contenu

Roman - Noir

Confession d'un tueur à gages

Tueur à gages - Mafia MAJ vendredi 06 février 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6,3 €

Ma Xiaoquan
Fennu Qingnian - 2003
Traduit du chinois par Marie-Claude Cantournet-Jacquet
Paris : Points, mai 2013
188 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-3489-3
Coll. "Roman noir", 3047

Enfant du ciel

La Chine est un univers lointain, où l'on imagine des capitalistes débridés se mélangeant à une caste politique qui accepte toutes les déviations qui ne remettent pas en cause leur pouvoir. Lorsque des romans policiers arrivent de derrière la muraille de Chine, ils nous présentent souvent les problèmes que rencontrent les policiers qui doivent composer avec les puissants, et les contradictions d'un monde économique ouvert et d'un système politique plus fermé, avec au centre des contradictions, les classes moyennes.
Mais il existe, à côté de la société civile connue, des éléments à part, les voyous, le lumpen prolétariat chinois, ceux qui refusent de travailler mais veulent vivre sur la bête.
Dans ce premier roman de Ma Xiaoquan, l'homme de main Xialong a été déçu par la Chine. Ses parents ont disparu suite à l'une des trop nombreuses purges politiques que le régime a su mettre en musique, et il a été élevé par Grand-Mère. À la mort de cette dernière, tous ses projets de vie normale s'écroulent et il va choisir ce qui est la seule voie qui lui reste : le banditisme. Il n'a plus aucune morale, ni aucune fidélité. Il a une petite amie avec laquelle il est très lié, mais cela ne l'empêche pas d'avoir des amours de passage.
La description des gangs chinois est saisissante. Ils ressemblent à nos apaches du début du XXe siècle, se faufilant dans les interstices d'un parti omnipotent (après tout ils ne contestent pas le système politique et vivotent à l'écart des grands trafics aux mains des instances supérieures du pays). Ces parias se sont inventé un code d'honneur, un système militaire de partage des risques et des bénéfices. Xialong au fil du récit se constitue même une morale car s'il tue pour son clan, il respecte un code éthique qui lui est propre, et s'offusque lorsque ce sont d'honnêtes gens qui risquent de pâtir de ses actions.
Ma Xiaoquan signe là un premier roman court et dense, reconstruction de l'itinéraire d'un enfant du crime, d'un simple individu qui tente de survivre dans la jungle des villes, mais qui doit composer avec un système qui écrase avec indifférence. Les historiens du genre retrouveront là l'ambiance des textes (ou des films) des années 1930-1950 quand des écrivains comme André Héléna décrivaient avec soin et sympathie les petits truands parisiens, et ce n'est peut-être pas un hasard si la photo de l'auteur au dos du livre le présente avec casquette et chandail, comme un Maurice Biraud chinois. Les amateurs liront ces confessions qui nous parlent de la réalité chinoise, loin des usines à bas salaire, des intrigues de la cour du juge Ti ou des arrières pensées des descendants de Mao avec intérêt et délectation.

Citation

La vie est courte ; la mienne en particulier risque d'être encore plus courte.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 06 février 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page