Identique

- J'ai besoin d'un torche et d'une douzaine de fusils. - La dynamite, c'était facile, mais les fusils c'est dur à trouver... Pourquoi tu as changé d'avis ? Tu ne voulais pas tous les tuer ?
Ferdinando Baldi - Django, prépare ton cercueil
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 18 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Identique

Social - Énigme - Assassinat MAJ dimanche 16 novembre 2014

Note accordée au livre: 1 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Scott Turow
Identical - 2013
Traduit du par Antoine Chainas
Paris : Jean-Claude Lattès, septembre 2014
380 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7096-4585-0

Aux grands jumeaux les grands remèdes

Cass Gianis, descendant d'une lignée d'émigrés grecs ayant fait fortune, sort de prison où il a passé vingt-cinq ans pour avoir été accusé du meurtre de son amie, la sulfureuse Dita Kronon, à l'issue d'une réception mondaine familiale. Son frère jumeau Paul, lui, a grimpé les échelons de la politique, mais, même un quart de siècle plus tard, il est persuadé que cette affaire n'a pas tout dit. Lorsque le frère de la victime accuse soudain Paul du meurtre de Dita, avec qui il avait des rapports conflictuels, celui-ci embauche un privé assisté d'Evon Miller, son chef de sécurité. Cass est-il vraiment coupable du meurtre ou voulait-il protéger quelqu'un ? Paul le connaît bien, c'est son frère...
Scott Turow restera l'auteur de Présumé innocent, un roman qui a été (plutôt bien) porté à l'écran, ce qui assure une carrière. Et, pourtant, sur des thèmes identiques (moins son obsession raciale), il fait plutôt figure de John Grisham du pauvre... Les arguments sont là : un mélange de turpitudes des gens riches, de manigances politique, de meurtre, le tout sur une trame bien classique... Sauf que John Grisham, lui, a le don pour créer des personnages crédibles et vivants capables d'intéresser le lecteur tout au long d'intrigues souvent minimalistes refusant l'effet facile (le summum étant Le Client). Là, on voit s'agiter des personnages-clichés à peine dignes d'une mini-série téloche du samedi après-midi, dont on se moque des tenants et des aboutissants, se lançant dans de grandes tirades explicatives sans autre mobile que la nécessité de faire avancer l'intrigue, et leur rapport avec la mythologie grecque, et le mythe de Castor et Pollux, semble lourdement appuyé - le patriarche s'appelant même Zeus ! Inutile de dire que pour qui connaît la doxa actuelle, le vrai coupable se voit venir depuis l'espace. Du coup, malgré quelques touches d'humour bienvenues, c'est la banalité du propos qui ressort avant tout, rédhibitoire lorsqu'il s'agit de choisir sur des étals encombrés de romans fort semblables à celui-ci. Mais Scott Turow a fait, et fera certainement, mieux...

Citation

Les gens normaux ne peuvent saisir à quoi ressemble l'existence lorsque l'on ne sait pas où finit sa propre vie et où commence celle de son frère.

Rédacteur: Thomas Bauduret dimanche 16 novembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page