Buckaroo

On va au bahut, on n'a pas redoublé de classe, on a de bonnes notes et on fera partie des 80 % de cloches qui auront le bac en primeur. Mais le hic, c'est qu'on vit dans la cité et que nous sommes des délinquants virtuels – c'est gravé malgré nous dans notre subconscient -, surtout quand on détale comme des lapins le jour de l'ouverture de la chasse.
Christophe Léon - De mieux en mieux
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

On se souvient du nom des assassins
Dans l'un de ses premiers textes policiers, Léo Malet impliquait dans son intrigue une recherche auto...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 30 avril

Contenu

Nouvelle - Western

Buckaroo

Social - Enquête littéraire - Crépusculaire MAJ vendredi 07 novembre 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 0,99 €

Marie Van Moere
Faugères : E-Fractions, octobre 2014
44 p. ; 15 x 11 cm
ISBN 979-10-92243-59-8
Coll. "Hors format"

Roues brinquebalantes

"Buckaroo" est un nom anglais sans trop d'équivalent en français et qui signale un cow-boy. Dans cette nouvelle électronique de Marie Van Moere, il sera également question de cow-boys et, de manière plus générale, de formes particulières de rodéos - y compris en fauteuil roulant. En effet, la nouvelle virevoltante utilise la forme du rodéo, revenant et sautant comme un cavalier sur le dos d'une monture rétive avec deux récits qui se complètent, et où le second n'est peut-être qu'une application du premier.
Tout au début, nous sommes avec un écrivain qui est coincé dans son fauteuil roulant : il aimerait reprendre une vie normale. Son fauteuil roulant est une forme de métaphore de sa vie avec une épouse qui part, de l'alcool qu'il n'a plus le droit de prendre, une vie volée, gâchée et gaspillée. Pour s'évader de ce désastre, il a entre ses mains la solution de beaucoup d'écrivains : s'inventer une vie rêvée, une vie par procuration.
Mais le seul souci c'est avant tout qu'une vie par procuration, c'est un peu comme les roues d'un fauteuil roulant. Elles aident, mais elles ne peuvent remplacer totalement nos jambes.
Toute la rouerie de Marie Van Moere, c'est d'écrire une deuxième partie. Une histoire indépendante, certes, mais qui ressemble étrangement à ce qui pourrait être le manuscrit que désire écrire l'homme de la première. Les prémices correspondent à ce que voudrait l'intrigue - un Buckaroo qui aime boire et chevaucher à travers les grands espaces, et qui un jour rencontre une Anglaise qui pourrait devenir l'amour de sa vie. Toutefois, comme un cheval retors ou un fauteuil dont une des roues se déséquilibrerait imperceptiblement, l'intrigue chavire et tangue, hésite, louvoie et zigzague.
Le style n'hésite pas à jouer des répétitions - sur la reprise, sur des avancées brusques et des moments de pure lenteur, sur le balancement d'une chanson de rock'n roll qui oscille constamment entre la compassion pour la personne handicapée et le plaisir sadique de voir le fauteuil roulant dévaler une pente au milieu d'une circulation infernale. C'est ainsi qu'un peu comme les figures de rodéo, Buckaroo se permet même le luxe de terminer ses deux parties en équilibre, dans une – éphémère ? - stabilisation.

Buckaroo, de Marie Van Moere sur le site des éditions E-Fractions

Citation

Les jambes ont su aimer autrefois et les roues sont obscènes.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 07 novembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page