Terreur au Texas

Le conducteur de la Cadillac était un sosie d'Elvis en costume bleu. Après la journée plus que bizarre qu'il avait passée, Devon n'était pas réellement surpris de voir un sosie d'Elvis Presley au volant d'une Cadillac violette débarquer dans une salle de réception pleine de serveurs armés jusqu'aux dents et d'un Frankenstein résistant aux balles.
Anonyme - Le Pape, le Kid et l'Iroquois
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 juillet

Contenu

DVD - Western

Terreur au Texas

Tueur à gages - Corruption - Urbain MAJ mardi 16 décembre 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16,99 €

Joseph H. Lewis
Terror in a Texas Town - 1958
Patrick Brion (présentation)
Yves Boisset (présentation)
Bertrand Tavernier (présentation)
Paris : Sidonis, septembre 2014
1 DVD VOST Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "Western de légende"

Harpon contre colt

Un duel dans un western est un poncif, mais un duel qui propose un affrontement entre un marin armé d'un harpon et un tueur à gages qui a deux colts, voilà qui l'est nettement moins. D'autant plus que ce très bon Terreur au Texas offre dans un montage audacieux en noir et blanc ce même duel en prologue et en fin de film en jouant avec l'angle de la caméra et ce même si l'issue (prévisible) est réservée aux dernières secondes du long métrage. De quoi est-il question ? La petite ville de Prairie au Texas est aux mains du riche Ed McNeil qui entend faire main basse sur toutes les terres avoisinantes qui regorgent de pétrole. Il a pour cela fait venir Johnny Crale, un tueur qui commence à faire régner la peur en abattant Sven Hansen, un vieil homme, émigré suédois, ancien chasseur de baleines, sans se douter que dans une grange un Mexicain et son fils sont les témoins muets du meurtre. Peu de temps après débarque en ville un grand échalas de 1 m 96, véritable géant dans son costume étriqué, sa cravate bariolée et ridiculement petite, et ses grandes enjambées plutôt disgracieuses mais qui conviennent à ceux qui avancent imperturbablement quels que soient les dangers qu'ils vont devoir affronter. Sterling Hayden incarne le fils de Sven, George Hansen, qui va devoir affronter Johnny Crale - Ned Young, impressionnant dans son costume noir avec ses gants de cuir qui craquent, et au portrait intéressant quoi que dans le film pas assez utilisé : droitier, il a eu sa main mutilée (on ne connaitra pas la raison) qui l'a condamné à se servir de sa main gauche pour redevenir un véritable pistolero. Mais en attendant l'ultime affrontement, les scènes fortes sans un seul temps mort se succèdent avec des dialogues qui rappellent certains films urbains noirs avec des personnages désabusés, qui n'attendent pas grand-chose de la vie et qui n'ont aucune confiance en leur prochain. En cela, l'ennemi de George Hansen n'est pas tant Johnny Crale ou Ed McNeil que la peur qui annihile chez l'homme toute notion de courage et permet au Mal de s'installer et de perdurer. Par bien des aspects, la direction de Joseph H. Lewis annonce celle de Sergio Leone. Dans ce western étrangement en noir et blanc pour l'époque - nous sommes en 1958 -, la musique percussive qui l'accompagne et le jeu de Sterling Hayden qui s'est mis en tête qu'il maitrisait l'accent suédois ajoute une pierre à l'engagement cinématographique contre le maccarthysme avec brio.

Terreur au Texas (77 min.) : réalisé par Joseph H. Lewis sur un scénario de Ben L. Perry. Avec : Sterling Hayden, Sebastian Cabot, Carol Kelly, Eugene Martin, Ned Young, Victor Millan, Frank Ferguson, Marilee Earle...
Bonus. Présentation de Bertrand Tavernier. Présentation de Patrick Brion. Présentation d'Yves Boisset.

Citation

Vous êtes trop loin pour un bon lancer Hansen. Rapprochez-vous un peu. Juste un peu. Vous ne voudriez pas décevoir vos amis. Ils sont venus voir du sang. Qu'ils se rapprochent un peu et puissent bien voir. Je vous en prie, Hansen. Cinq pas. Deux pas. Un pas, Hansen. Un petit pas. Assez pour avoir une chance avec votre crochet de boucher.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 14 octobre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page