Projections macabres

Mais sur le banc, elles ne trouvent pas de sac. Ni en dessous, ni à côté...
Éric Englebert - On a volé mon sac !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 15 septembre

Contenu

Roman - Policier

Projections macabres

Historique MAJ mardi 07 juillet 2009

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,6 €

Brigitte Aubert
Paris : 10-18, mai 2009
432 p. ; 18 x 10 cm
ISBN 978-2-264-04890-5
Coll. "Grands détectives", 4229

Sur la piste du Jack l'Éventreur français

Louis Denfert, journaliste au Petit Éclaireur, est captivé par le dossier que lui a transmis son ami Albert Féclas, médecin légiste, sur l'assassinat d'une jeune bergère, égorgée et éviscérée. Il est parmi les invités lorsque se déclenche l'incendie du Bazar de la Charité. Après avoir fait preuve de son courage habituel en sauvant des vies du brasier, il découvre un corps partiellement brûlé, mais au ventre ouvert. Dans un réticule presque intact, il trouve des cartes de visites dont celle du comte d'Estrenay. La jeune femme, diplômée des thermes d'Aix-les-Bains, assurait des massages à domicile. En approfondissant, Louis reconstitue une série de meurtres, selon le même rituel, de bergers et bergères. Parallèlement, avec ses amis, il tente d'éclaircir les activités d'Amélie Marchand, la morte du Bazar. Celle-ci semblait mener une vie de prostitution mondaine. Est-ce le même meurtrier qui tue en pleine campagne des bergers et qui a profité de l'incendie pour cacher la preuve de son nouveau forfait ? Mais, dans ce cas, il eût fallu qu'il sache que le Bazar allait brûler !
Louis cherche à voir d'Estrenay. À son domicile, on lui apprend que ce dernier est parti à Aix-les-Bains pour sa cure annuelle. C'est alors qu'il rencontre Léo Taxil, un personnage sulfureux. Celui-ci file rapidement sous le prétexte d'un train à prendre. L'instinct de chasseur pousse le journaliste à le suivre... à la gare de Lyon. Louis le voit, après avoir salué d'Estrenay, monter dans le rapide pour Aix-les-Bains. Il l'accoste et le presse de questions. C'est quand le train démarre qu'il reçoit un bout de papier griffonné hâtivement : "Remuez les cendres." Amélie a travaillé à Aix-les-Bains ! Il n'en faut pas plus à Louis et sa bande pour s'embarquer pour la ville thermale, bien décidés à traquer le ou les meurtriers.

Brigitte Aubert signe, après Le Miroir des ombres et La Danse des illusions, le troisième volet des enquêtes de Louis Denfert, un journaliste qui pourrait être le modèle de Rouletabille, le célèbre personnage de Gaston Leroux. Il évolue dans la dernière décennie du XIXe siècle et n'a pas son pareil pour détecter des affaires criminelles : "Si vous le laissez faire, il vous trouve plus de tueurs sous ses semelles que de crottes de chien." (Cent vingt années après, les déjections canines restent le problème majeur du piéton citadin.) L'auteur anime, autour du héros, un groupe de personnages pour le moins éclectique, mais d'une grande empathie. Nonobstant leurs profils disparates, ils se complètent harmonieusement. L'auteur utilise au mieux leurs multiples compétences qui permettent des développements passionnants de l'intrigue.
Brigitte Aubert raconte avec virtuosité la naissance puis la croissance du cinématographe, nous faisant vivre les balbutiements d'une technique qui cherchait à s'établir. Dans ce livre, elle évoque l'évolution de la demande d'un public qui, la première curiosité émoussée, désire en avoir plus dans l'écriture et le récit. Elle dépeint une période féconde, riche en événements de toutes natures. Elle illustre fort bien la bouillonnement des idées, des arts, de la science, des techniques... Elle décrit, à travers la ville d'Aix-les-Bains, une population cosmopolite de nantis, avec sa cour d'affairistes et de personnages se nourrissant dans le sillage des plus riches. C'est aussi l'occasion de croiser, ou de suivre quelque temps, une foultitude de personnages historiques que l'auteur ressitue dans leur cadre.
Avec Projections macabres, Brigitte Aubert nous fait vivre une enquête palpitante menée par un groupe de personnages attachants, découvrir la richesse culturelle d'une époque et une technique devenue un art à part entière. On en redemande !

Citation

Se pouvait-il réellement qu'un meurtrier poursuive des jeunes femmes de mœurs légères à travers la France ?

Rédacteur: Serge Perraud lundi 29 juin 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page