911

Je sens que derrière les magouilles de Massicot, il y a autre chose. Tous ces morts ne collent pas avec une banale affaire de corruption.
Bernard Besson - Le Partage des terres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 24 septembre

Contenu

Roman -

911

Social - Urbain - Procédure MAJ vendredi 27 juin 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Shannon Burke
Black Flies - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Diniz Galhos
Paris : Sonatine, mai 2014
208 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-35584-253-5

Sauveteur à sauver

Devant l'horreur de certaines scènes ou de certaines situations, l'une des ressources de l'être humain est de rire. On connaît l'humour des médecins alors pourquoi celui des ambulanciers serait-il différent ? Avant de devenir scénariste et écrivain, Shannon Burke a été ambulancier, et il ne fait aucun doute que son passage dans l'univers du 911, le numéro d'appel des ambulanciers, a été l'occasion d'avoir un regard acéré et des anecdotes variées qui vont ponctuer ce roman.
Les secours ont cédé aux charmes du capitalisme. Si au départ, leur raison d'être est de sauver des vies, aujourd'hui, par souci de rentabilité, il faut choisir qui on doit sauver en priorité. Devant cette impression de remplacer Dieu, on en vient vite à se poser la question de savoir si l'on doit sauver telle ou telle personne qui après tout ne mérite peut-être pas de vivre comme, par exemple, ce trafiquant de drogue. Les pires questions viennent perturber le quotidien : cela vaut-il le coup de sauver la vie d'un nourrisson sans doute infecté par le SIDA ?
Ollie Cross qui peine sur ses études de médecine et sur sa relation amoureuse accepte d'entrer dans le corps des ambulanciers dans un quartier difficile de la ville de New York. Il est persuadé qu'il va apprendre des choses, se perfectionner pour ses études et, avec l'argent gagné, rafistoler sa vie personnelle et professionnelle. Mais il se trouve confronté au monde avec un équipier qui alterne des périodes agréables et des moments de doute quand il ne se prend pas pour Dieu le père, une administration qui ne se pose pas de questions excepté lorsque des retombées désastreuses pourraient remonter jusqu'à elle, et son univers personnel qui s'effiloche. Quand ce dernier s'effiloche, la seule ressource qui reste, c'est de s'accrocher encore plus à l'amitié, à la franche camaraderie entre collègues. Les ambulanciers sont entre eux aussi soudés que les policiers, les pompiers et les militaires...
Nous sommes là à la limite du roman, entre le long reportage un peu fictionné et le récit autobiographique à la troisième personne. Shannon Burke dessine avec réalisme une suite de vignettes concentriques qui recoupent l'enfermement de son héros. Il se trouve au départ une alternance de scènes avec sa compagne, ses études et son nouveau travail, puis, peu à peu, le travail devient obsessionnel, occupe tout l'espace, fait disparaître les références morales dans le bouillon de l'instant, la réaction à chaud, pour finir sur une note optimiste qui n'apparait pas plaquée mais simplement finale, celle qui donne la tonalité juste à l'ensemble : une histoire, très américaine, pleine de doute et de rédemption, de pêchés et de sauvetages.

Récompenses :
Prix Mystère du Meilleur roman étranger 2015

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman étranger 2014
Trophée 813 Michèle Witta du roman étranger 2015

Citation

Lorsque plus rien n'a de sens, y compris la vie et la mort d'autrui, vous n'êtes plus qu'à un pas du mal. Et ce putain de pas est terriblement facile à franchir.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 27 juin 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page