Billie H.

Si vous viriez un inutile, il vous attaquait pour discrimination. Le Service les avait donc parqués dans une annexe perdue où on les abreuvait de paperasse, du harcèlement administratif pour les pousser à la démission. On les appelait les Tocards. Les Ratés. Les Losers.
Mike Herron - Les Lions sont morts
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 avril

Contenu

Roman - Noir

Billie H.

Musique - Prison - Urbain MAJ jeudi 17 avril 2014

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 12 ans

Prix: 9,7 €

Louis Atangana
Rodez : Le Rouergue, mars 2014
122 p. ;
ISBN 978-2-8126-0636-6
Coll. "DoAdo"

Sur un air de jazz

Années 1920, Baltimore. La communauté noire végète dans une pauvreté maussade et, pour perpétuer de nauséabondes habitudes, continue de trimer pour les Blancs. Eleonora est une fillette mais déjà elle a compris qu'à l'école comme dans la rue, le langage des poings est bien plus parlant que celui des mots. Sous ses airs d'ange – peau claire, grands yeux intelligents, cheveux lisses atypiques -, elle avance à force de bagarres et d'insultes, se créant une place dans ce monde sans joie. Jusqu'au jour où, posant à sa mère des questions sur ce père absent, elle commence à s'intéresser à la musique. Musique qui prendra une réalité dans la rue, avec ses amis voyous pour la compagnie desquels elle déserte les bancs de sa classe, sous la forme du jazz. L'enchantement est immédiat, même si elle ne sait pas encore que la musique aura ce rôle si fondamental dans son avenir. Car, pour l'heure, Eleonora n'en a pas. Sa mère est brinquebalée d'emplois expéditifs en expédients pour ramener quelques pièces à la maison, et bientôt c'est la fillette qui se voit contrainte de participer ; vols, chapardages et errances dans les rues sont son lot quotidien, mais elle ne s'en plaint pas. Par un concours de circonstances, et bien malgré elle, elle va même accepter de vendre son corps. Pourtant, elle le sait, c'est la musique qui la passionne et la fait vibrer, la musique vers laquelle elle tend tous ses espoirs. C'est l'une des pensionnaires de la "maison de distractions" dans laquelle elle a trouvé refuge qui va lui offrir sa chance, lui permettant, enfin, d'espérer mieux de la vie. Eleonora a en effet une voix majestueuse, envoutante, qu'elle module et maquille pour offrir des interprétations personnelles et magiques à son public. Elle s'imprègne des textes qu'elle chante, se les appropriant et leur offrant une nouvelle vie, une évasion bienvenue, et une estime de soi qu'elle avait depuis bien longtemps perdue de vue.
En un peu plus de cent vingt pages dans une jolie biographie romancée, Louis Atangana revient avec pudeur et une passion à peine dissimulée sur les premières années d'une diva du jazz adulée encore aujourd'hui. Parce que cette musique est avant tout un cri du cœur, il nous raconte comment et pourquoi Eleanora ne pouvait que devenir cette artiste hors du commun que nous connaissons. Il nous dit qui était Billie – surnom donné par ce père au parcours tellement étrange pour l'époque, absent mais musicien dans l'âme – avec des mots simples et un ton juste qui illustrent une admiration pour la jeune femme et pour l'artiste, l'une étant étroitement dépendante de l'autre. À nouveau, les éditions du Rouergue nous régalent d'un texte beau, fort, et d'un petit morceau d'histoire à garder bien précieusement en mémoire, une petite illustration de ce que la vie peut réserver de pire et de meilleur, et de ce que la musique peut offrir à tous.

Citation

Le jazz ! La vie ! Clarence avait raison. Fallait profiter du bonheur de vivre. Être présent à chaque instant. S'y plonger totalement. Brûler sa vie dans l'ivresse et la joie. Le reste valait que des clous.

Rédacteur: Catherine Thiéry jeudi 17 avril 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page