La Danse de la mouette

la majorité des manifestants interrogés prétendirent qu'un policier avait crié "Foutons une raclée à ces connards" et que les autres avaient descendu les marches, matraque au poing. Et c'est alors que tout s'était déchaîné.
Peter Robinson - Matricule 1139
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Policier

La Danse de la mouette

Mafia - Procédure MAJ vendredi 28 mars 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,2 €

Andrea Camilleri
La Danza del gabbiano - 2009
Traduit de l'italien par Serge Quadruppani
Paris : Fleuve, janvier 2014
298 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-265-09399-7
Coll. "Fleuve noir. Thriller"

Voler, danser et mourir

Le roman s'ouvre sur un détail : une mouette sur le point de mourir se livre à une sorte de danse étrange dans le ciel, avant de s'effondrer. Comme souvent, c'est l'annonce d'une autre danse, elle aussi mortelle, qui aura lieu plus loin dans l'ouvrage. Le commissaire Montalbano a toujours pris son temps. Entre ses envies de bons petits plats, sa phobie de rencontrer son supérieur et son manque d'envie de compléter les documents administratifs, le roman vit au rythme du soleil, des plages, de la façon dont les plats mitonnent. Du coup, dans ce volet, les sentiments et les sensations prennent une importance vitale, peut-être à cause de l'intrigue : un adjoint du commissaire a disparu et il faut le retrouver. Lorsqu'il est enfin récupéré, on s'aperçoit qu'il est poursuivi par la mafia. Du coup, Montalbano est à cran : il se perd dans les couloirs d'un hôpital, il stresse au bord d'un trou où se trouve peut-être un cadavre, il manque de s'évanouir en observant une scène de meurtre...
Le style s'adapte constamment entre ses pauses languissantes décrites avec soin, des scènes qui virent presque au fantastique avec volets qui claquent, fantômes et taches de sang, et des moments parodiques, notamment lorsque Montalbano doit faire exploser la vérité mais est bien embêté car il sait à quel point tout peut être étouffé par ses supérieurs. Il n'y a jamais loin du rire aux larmes et l'on passe de l'un à l'autre en quelques lignes avec un soin de conserver l'humanité des personnages. L'hystérie gagne presque le roman et offre des scènes d'action peu usuelles : le commissaire se fait draguer pas une infirmière, il faut pourchasser un assassin dans des labyrinthes et les hangars de la zone portuaire sont particulièrement dangereux.
La Danse de la mouette réussit ce dosage subtil entre l'intérêt des personnages et la qualité de l'intrigue pour en faire l'un des bons moments de cette série, que l'on croit connaitre et qui réserve encore quelques surprises.


On en parle : La Tête en noir n°167 |Carnet de la Noir'Rôde n°55

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman étranger 2014

Citation

Tous s'approchèrent pour mater, en se couvrant le nez et la bouche d'un mouchoir. Pour ce qu'on pouvait y comprendre, c'était un homme de près de soixante ans, complètement nu, très abimé. Le visage était un amas de chairs et d'os.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 24 mars 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page