Né pour être sauvage

Kahid ouvrit les yeux comme d'autres s'ouvrent les veines.
Mathieu Blais & Joël Casséus - Zippo
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Né pour être sauvage

Vengeance - Assassinat MAJ mardi 11 mars 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Alexis Aubenque
Paris : Calmann-Lévy, janvier 2014
394 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-5375-8

Lucky'n Luke

Dans les années 1930-1960, alors que les westerns étaient en vogue, le héros messianique justicier arrivait en ville sur son cheval dos au soleil, et châtiait les méchants avant de repartir solitaire affronter de nouvelles injustices. Aujourd'hui, les déplacements en cheval sont plus difficiles et il convient de se moderniser. Les deux-roues ont troqué les quatre-pattes. Ryan Bonfire, membre des Hells Angels, pourrait être l'un de ces nouveaux héros des temps modernes. C'est un homme qui a appris la violence mais qui a finalement opté pour le côté lumineux de la Force même s'il est bien décidé lors de son retour à Seattle à se venger. En ce qui concerne la trame de ce roman d'Alexis Aubenque, qui fait suite à Pour le bien des enfants, l'intrigue est des plus classiques avec deux fils narratifs qui se croisent puis s'entrecroisent pour au final n'en former qu'un. D'un côté, un justicier, envoyé par une organisation paramilitaire, est chargé de gagner la confiance d'un assassin et de le tuer discrètement. De l'autre, des policiers ou anciens policiers menés par le capitaine Logan reforment une équipe pour enquêter sur l'agression dont a été victime la fiancée d'un de leurs collègues. Bien évidemment, au fil des deux pistes narratives, les jonctions se font et les policiers iront jusqu'à imaginer que le justicier et l'agresseur ne sont qu'une seule et même personne. Sous la plume d'Alexis Aubenque, les personnages promènent tout du long leur spleen. Ainsi, le justicier aurait pu mener une carrière musicale dans le rock, un policier a quitté la police pour faire plaisir à sa petite amie mais regrette fortement l'adrénaline qu'elle lui procurait. Des trajectoires somme toute assez calibrées mais qui ne dérogent pas aux lois du genre. Un style limpide, simple et efficace qui prend le temps d'alterner les deux intrigues et de décrire les personnages dans leurs actions quotidiennes pour donner de l'épaisseur compense un titre - traduction d'une chanson -, qui donne une sonorité très étrange à un roman qui, sans bouleverser le genre, offre quelques heures de détente durant ces premières journées ensoleillées.

Citation

Dans un quartier résidentiel de la ville, une journaliste, à proximité de voitures la zone, évoquait une sombre histoire de frères et sœurs adoptés, qui avait fini dans le sang.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 11 mars 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page