La 5e saison

Un code, c'est toujours un choix. Une signification. Et ton père, tu nous l'as déjà prouvé, est un expert en la matière
Stéphanie Benson - Trans Europa
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 août

Contenu

Roman - Policier

La 5e saison

Social - Gang - Trafic MAJ mercredi 29 janvier 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8 €

Mons Kallentoft
Den femte årstiden - 2011
Traduit du suédois par Lucille Clauss, Emmanuel Curtil
Paris : Points, janvier 2014
520 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-3857-0
Coll. "Policier", 3164

Le sadisme en action

Après nous avoir raconté les quatre saisons "naturelles", l'auteur en invente une cinquième, artificielle en quelque sorte, qui n'est pas plus rassurante que les autres, bien au contraire. C'est toujours Malin Fors, maintenant en couple avec le docteur Peter Hamse et envisageant de faire un enfant, qui mène l'enquête à propos d'un cas de viol particulièrement barbare ayant eu lieu dans le sud de la Suède et qui lui rappelle celui dont a été victime une certaine Maria Murvall, dans sa propre région de Linköping. Cette femme a survécu, mais à l'état de zombie prostré depuis ce jour dans un mutisme total. Malin se demande pourquoi le procureur saisi de cette affaire a classé aussi vite l'affaire scanienne. D'autant qu'elle a bientôt connaissance d'une troisième. Après enquête, il s'avère que la victime est cette fois une jeune Russe, pensionnaire d'un bordel clandestin dont le tenancier (mais nullement le grand patron de la filière), lui aussi russe, est arrêté après une poursuite mouvementée. Puis la liste s'allonge encore d'une certaine Jenny, pensionnaire de l'Assistance dont le père était pédophile et la mère alcoolique, et de Jessica Karlsson qui, elle, a fini par se suicider. Pilotée par Malin l'enquête s'oriente vers un groupe d'hommes influents (un comte, un gynécologue et un procureur) qui ont constitué une société secrète (La Confrérie de la Mort) et organisent des "parties" entre amis, avec l'aide d'un rabatteur, lui-même manipulé par le grand Méchant (ou psychopathe) de l'affaire.
Le livre ne réserve guère de surprises véritables dans sa seconde moitié, l'auteur semblant s'être pris à son propre jeu et donnant l'impression de tirer à la ligne. Son originalité réside ailleurs : dans l'usage de la forêt (et accessoirement de la chasse), qui joue le rôle d'un personnage à part entière. Ainsi que dans la présence d'un flic que sa haine du mal pousse à la violence physique sur les coupables (réels ou supposés, bien entendu) et d'un autre qui se permet quelques entorses au règlement pour la même bonne cause. Ajoutons que l'auteur fait un grand usage d'un autre procédé qu'il affectionne particulièrement : le monologue intérieur des victimes (y compris post mortem). On ne peut, bien entendu, déconseiller la lecture de ce livre composé et écrit avec soin. Tout au plus, suggérer de prévoir des pilules réconfortantes, à la fin, car il pousse vraiment le sadisme jusqu'à un extrême que beaucoup de lecteurs jugeront insupportable. On se retrouve de ce fait à la limite d'un manichéisme un peu gênant. Peut-être l'auteur aurait-il mieux fait de respecter la nature, en définitive, et de se limiter à quatre saisons.

Nominations :
Prix du Polar Sud-Ouest/Lire en Poche 2014

Citation

La guerre ne se joue pas uniquement entre les États et leurs ennemis, c'est aussi une bataille qui se joue partout, chaque jour, entre le Bien et le Mal, ces deux forces opposées qui se battent pour la domination du monde.

Rédacteur: Le Huron svécomane lundi 27 janvier 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page