Les Trois soeurs et le dictateur

Il rechargea son arme, se glissa hors de la ruelle, et s'assura que les corps dans la rue et sur le trottoir ne bougeaient plus.
Sebastian Rotella - Trafiquants et associés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 17 octobre

Contenu

Roman - Noir

Les Trois soeurs et le dictateur

Historique - Assassinat - Révolution MAJ mardi 21 janvier 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 9 ans

Prix: 8,7 €

Élise Fontenaille
Rodez : Le Rouergue, janvier 2014
72 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-0617-5
Coll. "DoAdo"

Elles étaient une fois...

25 novembre 1960. Trois sœurs sont assassinées sur les routes dominicaines. Un attentat horrible qui pourtant fait entrer dans la légende les destins et l'engagement de Minerva, Maria-Teresa et Patria, engagées jusqu'à la mort dans la lutte contre l'oppression et la dictature. Une plongée vertigineuse et passionnante dans l'histoire inconnue (ou méconnue) de la République dominicaine des années 1960 et de la résistance au tyran Trujillo.
Mina est une adolescente californienne qui, avant de commencer ses études supérieures de droit, se rend en République dominicaine, pays d'origine de son père. Elle espère y découvrir, grâce à l'aide d'un séduisant cousin, l'histoire familiale qu'elle soupçonne sombre : son père n'en parle jamais et évite avec acharnement toute question y ayant trait. Mais c'est grâce aux mots et souvenirs d'Adela, la sœur de sa grand-mère, Minerva Mirabal, qu'elle s'enfonce dans l'histoire familiale, intimement liée à l'histoire du pays.
Car les sœurs Mirabal sont extrêmement connues en Amérique latine ; opposantes au régime, elles deviendront l'étendard d'une jeunesse dominicaine résolue à mettre à bas un système d'oppression, de violence et d'abus, et le paieront de leur vie. Farouchement attachées à leur liberté – mise à mal par leur très grande beauté et la luxure de Trujillo -, elles seront, avec leur famille, persécutées, torturées, enlevées, emprisonnées. Mais loin de s'effondrer, elles se battront jusqu'à la fin et au-delà : battues à mort sur le bord d'un chemin, leurs cadavres seront les premières marches que montera un peuple vers sa révolution. Au nom de la mémoire des trois jeunes femmes tuées dans la fleur de l'âge, le pays entier se soulèvera et réclamera un régime plus juste, qu'il obtiendra.
En mémoire des sœurs et de leur incroyable courage, leurs portraits seront choisis pour orner le billet de deux cents pesos dominicain. En mémoire de ces femmes exceptionnelles, le 25 novembre – date de leur assassinat – sera déclaré "Journée mondiale de lutte contre la violence faite aux femmes". Mais qui aujourd'hui connait leur histoire ? Sous la plume d'Élise Fontenaille, d'une justesse et d'une sensibilité époustouflantes, les lecteurs français s'approprient cette "légende" inconnue, enrichissent leur culture personnelle d'une histoire vibrante et poignante, et leur culture littéraire d'une auteur remarquable de pudeur et de justesse, au style épuré et poétique.

Citation

Elles sont mortes mais elles ne sont pas vaincues, Trujillo est perdu.

Rédacteur: Catherine Thiéry mardi 21 janvier 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page