Après la fin

Un accident dans une papeterie, un mec est presque mort. Tout le monde est désolé. Elle monte le son. Elle n'est pas triste. Elle persévère.
Nicolas Mathieu - Aux animaux la guerre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 11 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Après la fin

Psychologique - Social MAJ lundi 06 janvier 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Barbara Abel
Paris : Fleuve noir, novembre 2013
332 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-265-09714-8
Coll. "Thriller"

Théâtre de boulevard meurtrier

Dans leur banlieue bourgeoise, Tiphaine et Sylvain forment un couple en apparence normale, élevant leur adolescent Milo. Sauf que Milo est leur fils adoptif, ancien meilleur ami de Maxime, leur vrai fils mort tragiquement huit ans plus tôt. Et que le vrai père et la vraie mère de Milo se sont suicidés à peu de temps d'intervalle. Et que dans la maison voisine, celle où se sont déroulés tous ces drames, vient s'installer Nora et sa fille Inès, qui n'est pas indifférente aux charmes de Milo. Il suffira que quelqu'un se dise que ce couple idéal traîne un peu trop de cadavres derrière lui pour que la machine se mette en marche...
Puisqu'on adore les sous-genres, on pourrait dire que ce roman, un peu comme une partie de ceux de Jacques Expert, relève du suspense de banlieue bourgeoise. Contrairement au suspense domestique, où une menace extérieure pèse sur un gentil couple invariablement de la classe moyenne, menace qui doit être éradiquée pour que l'ORDRE revienne, ce sous-genre vise à montrer les choses peu recommandables qui grouillent sous ce vernis de respectabilité. On n'est pas loin du David Lynch de Blue Velvet et son fameux plan d'ouverture... sans sa flamboyance. L'intrigue est complexe et bien menée, avec une conclusion douce-amère qui ne résout pas tout, mais en suggère assez pour que le lecteur se fasse sa propre opinion, avec un petit côté année 1970 dans cette histoire de tensions exacerbées entre familles. On esquisse aussi une vision de la maternité obsessionnelle et monstrueuse jusqu'à la folie qui ne va jamais jusqu'au nihilisme ultime du film À l'intérieur (réalisé par Alexandre Bustillo et Julien Maury en 2007) ou bourreau et victime se confondent, mais délicieusement ambiguë : le désir de maternité justifie-t-il absolument tout et le reste ou n'est-il qu'une forme d'égoïsme destructeur ? Donc, on applaudit des deux mains ? Pas tout à fait. L'ennui, c'est que les séries télévisées sont passées par là, horizon indépassable du monde moderne et aboutissement ultime du génie humain pour un public captif qu'on a conditionné à s'extasier pavlovesquement devant la même soupe servie sous des emballages différents, transi d'effroi à l'idée de ne pas être à la mode... Exit les descriptions, les notes d'atmosphère et le véritable travail sur les personnages à part les notes psychologiques indispensables, si bien que comme les personnages secondaires sont nombreux, il faut s'accrocher pour se souvenir qui est qui, les articulations du récit étant lissées pour correspondre à la moulinette actuelle. Du coup, on est loin de la limpidité et du côté viscéral des romans de Karine Giébel ou de Sire Cédric... Ce qui ne veut pas dire que l'ensemble est mauvais mais, parfois, à force de trop coller aux canons à la mode, on y perd une partie de son âme. Tant mieux pour les assidus des têtes de gondole, tant pis pour la littérature...

Citation

Depuis huit ans, l'enfant était le seul moteur qui lui permettait de se lever le matin. Sans lui, elle aurait mis fin à ses jours depuis longtemps.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 19 décembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page