Petites insécurités

Je bondis de ma chaise et quittai la pièce, en larmes. Ce n'est que le lendemain matin que je songeai au poison.
Alan Bradley - Les Étranges talents de Flavia de Luce
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 19 septembre

Contenu

Nouvelle - Noir

Petites insécurités

Social MAJ vendredi 29 mai 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Alassane Fingerweig
Meudon : Sao Maï, juin 2008
196 p. ; 21 x 12 cm
ISBN 978-2-9531176-0-8

Ciao, poulet !

Nono est doux, entre les tours. Une arrestation, une erreur d'identification et le voici battu à sang pris pour une ombre qu'il n'est pas. Laisse le théâtre pour la boxe, puis l'amour. Sa mère-lumière dans la grisaille offre le voile de douceur aux blessures du jeune homme. Nono cède la place, dans ce recueil de nouvelles sombres, parfois drôles et toujours séduisantes, au voyageur sans ticket, à une cocotte du futur agissant en locomotion d'escadron de gendarmes, au grand dépressif malchanceux des buttes pourtant si calculateur et entraîné, à l'usine, cette putain de vie, à Louisa, junkie en sursis, qui, chance s'il en est, sera sauvée par ses bourreaux de la supérette de boulevard... autant de courtes histoires insécures et rondement écrites qui nous prennent en chemin et en ellipses. La boucle de ces huit nouvelles se clôt sur la relation mère-fils - différente, triste, dérangeante - qui avait ouvert la lecture. Fort, tendu, surpris, le lecteur – coutumier, ou non, du roman noir – ferme l'ouvrage de 196 pages le rictus en coin. Mais aussi, seul avec lui-même et ses (in)sécurités, il reste inquiet : "L'histoire d'une minute messieurs dames, lança-t-il à la cantonade. On l'installe dans sa boîte magique, et hop ! Mon con de faisan s'arrache de sa sauce au chou et puis s'essuie les ailes avant d'aller bringuer quelque part"... Ciao, poulet !

Citation

Après vérification, les policiers ont dû s'incliner. Sans connaître parfaitement l'œuvre de Brecht, ils conviennent avec lui qu'on n'oppose rien de sérieux à la vérité, du moins pas éternellement.

Rédacteur: Miriam Perier jeudi 28 mai 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page