Retour à Jéricho

Il est très rare qu'une personne d'importance se déplace sans coterie, un chauffeur au grand minimum. Le président a fait une apparition en ville hier, ce qui signifie que la plupart des ministres, en bons courtisans, sèchent aujourd'hui.
Taylor Stevens - Dernière piste
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 septembre

Contenu

Roman - Western

Retour à Jéricho

Ethnologique - Corruption - Gang - Crépusculaire MAJ mercredi 11 décembre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Ace Atkins
The Ranger - 2011
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Esch
Paris : Le Masque, octobre 2013
316 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7024-3833-6
Coll. "Grands formats"

Western moderne

L'oncle de Quinn Colson s'est suicidé en lui laissant en héritage ses terres. Aussi, Colson débarque-t-il pour découvrir qu'un malfrat local, Johny Stagg, les réclame au titre de dettes de poker. Mais l'adointe du shérif, Lilly Virgil, est persuadée qu'il a été tué. Colson est un être butté qui n'aime pas qu'on le roule dans la farine, il refuse de céder sa propriété, mais des bandits tentent alors de lui voler son bétail. Seulement Quinn Colson est un ranger qui a fait les guerres d'Afghanistant et d'Irak, un gars à qui on ne la fait pas et qui se laisse difficilement impressionner... Au départ donc, cela pourrait être un western classique. Il ne manque ni les chevaux, ni les grands espaces, ni les coups de feu, ni le shérif ami d'enfance, ni enfin le juge du patelin. Il y a même des déclassés survivalistes qui vivent dans des caravanes de menus trafics, comme des indiens dans leur réserve. Si les policiers locaux sont corrompus et les marginaux des trafiquants de drogue qui fabriquent leur production perdues dans les grands étendues désertiques, le héros est taillé sur mesure pour y faire face, en une variante du marine, bien loin du schéma proposé par Chuck Norris.
Ace Atkins excelle à dresser des portraits de gens stéréotypés : le prédicateur libidineux, sa fille marie-couche-toi-là, le héros borné qui ne veut que la justice, l'amoureuse transie. Surtout, il parvient à leur donner une texture et une vie en les confrontant au grand air des plaines du Mississippi. Aussi, plutôt que de raconter une intrigue échevelée, avec des montages financiers complexes, l'auteur brosse les détails de la vie quotidienne, d'un monde rural blanc en perte de vitesse, à l'écart des grands centres - d'ailleurs même les gangsters locaux aussi sauvages soient-ils, doivent faire des kilomètres pour aller rendre des comptes aux véritables maîtres du Jeu. Le texte ne se resserre pas uniquement sur le ranger, mais se concentre également sur d'autres personnages mis en lumière afin de créer une description intéressante d'un terroir particulier, de cette Amérique qui lentement disparaît, car anachronique, comme ce western qui n'en finirait pas de mourir mais ne parviendrait pas à s'y résoudre.

Citation

Il songea qu'il pourrait se procure une arme pour tirer quelques coups de feu en l'air comme dans les vieux films, mais ils les imaginait pointant leurs flingues sur lui et il se voyait déjà couché dans le même fossé que ce pauvre gars.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 10 décembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page