American Taste

Une morsure aurait fait l'objet d'un écouvillonage, voire d'un moulage. L'écouvillonage consistait à prélever un échantillon de salive et de tissus à l'aide d'une petite brosse, permettant de récupérer l'ADN de l'agresseur.
Frédérique Molay - Déjeuner sous l'herbe
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Noir

American Taste

Prison - Mafia MAJ jeudi 28 novembre 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Gioacchino Criaco
American Taste - 2011
Traduit de l'italien par Serge Quadruppani
Paris : Métailié, octobre 2013
220 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-86424-933-7
Coll. "Noir - Bibliothèque italienne"

Mafia des villes

Tout est question de dosage et, naturellement, il en va de même pour le roman populaire. Certaines intrigues demandent à être resserrées, d'autres à l'inverse nécessitent une pagination imposante que leur impose leur aspect feuilletonesque. Si l'on regarde American Taste, l'intrigue met en jeu des gangsters américains qui, par la force, la violence, la corruption et la création d'un monopole veulent contrôler le marché mondial de la drogue. Et pour mettre en œuvre cette politique, ces gangsters ont choisi Bobby Biren. Ce dernier utilise alors la convoitise de ses ennemis en leur proposant des affaires mirifiques avant de les dénoncer à la police. Les affaires pourraient prospérer pour le mieux excepté que quatre de ses victimes se retrouvent dans la même prison et comprennent derrière leurs arrestations se cache un homme : Bobby Biren. Et voilà que les quatre détenus, alliés de circonstance, qui sont américain, russe, druze et basque, vont être libérés par une autre famille mafieuse "traditionnelle" qui est plutôt adepte de la saine concurrence...
Milieux des nouveaux riches, intrigues qui mélangent les classes sociales, les pays, les personnages, l'ouvrage de Gioacchino Criaco devrait devenir un roman fleuve, brassant des sous-intrigues, des pièges cachés à l'intérieur d'autres pièges, des détails sanglants, des arnaques et des coups de feu dans les obscures recoins des capitales illuminées du monde. Pourtant, l'auteur resserre (presque à l'excès) son histoire, met un focus plus long sur tel ou tel point (l'évasion, le passé de l'Américain) et raconte en quelques lignes une exécution, un meurtre, une rencontre au sommet entre truands et chefs de police corrompus. Le style, qui évite les fioritures et sait mettre la lumière sur le détail qui permet de comprendre la psychologie d'un personnage ou l'angoisse d'une situation, permet à Criaco de concentrer son histoire, la rendant crédible et populaire, sans en faire le pavé de plage habituel. Comme quoi, tout est affaire de dosage...

Citation

Le bourreau fixa les petites bulles de sang qui gargouillaient sur les blessures et les yeux liquides du moribond.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 15 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page