La Mort en tête

Ole sort sa boîte de snus et cale un sachet de poudre de tabac sous sa lèvre. Je constate qu'il consomme du snus fort, quanf je me contente du parfumé - du snus de fille, comme disent la plupart des garçons qui se la pètent.
Ingelin Røssland - Chasse à l'ange
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 décembre

Contenu

Roman - Thriller

La Mort en tête

Fantastique - Tueur en série MAJ vendredi 22 novembre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Sire Cédric
Paris : Pré-aux-Clercs, octobre 2013
504 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-84228-512-8
Coll. "Thriller"

Vidéo mateur

Dorian Barbarossa est vidéo-reporter de choc, de ceux qui s'infiltrent là où personne n'ose entrer. À dix ans, lors de l'assassinat de son père, il a pris une balle dans la tête que nul n'a jamais pu extraire, et qui l'a changé à tout jamais. Car non seulement Dorian ne connaît pas la peur, mais c'est un tueur en série méticuleux, de ceux qui ne se font jamais prendre, même s'il garde un journal filmé de ses forfaits. Or, lorsque suite à une sordide affaire d'exorcisme bidon à l'issue tragique, il croise la route d'Eva Svärta, la policière albinos, il croit revoir celle qui lui a logé cette satanée balle dans la tête. Le tueur a trouvé sa nouvelle proie... Quant à Eva, enceinte de jumeaux, si elle est libérée de l'emprise surnaturelle de son père, elle est en proie à d'étranges visions. Et si les foetus détenaient eux-mêmes un pouvoir encore plus terrifiant ? Quant à Alexandre Vauvert, la piste d'un odieux trafic d'organes mettra en danger sa carrière même et peut-être sa vie...
Depuis L'Enfant des cimetières, Sire Cédric a fait sa place à la force du poignet, devenant largement l'égal d'un Maxime Chattam. Son argument : des intrigues au cordeau, qui depuis De fièvre et de sang, n'ont pas suivi la surenchère dans le "torture porn" qu'appliquent certains (qui a dit Karine Giébel ?), toujours teinté d'un fantastique diffus, mais toujours présent. Là, plusieurs intrigues s'enchevêtrent, permettant à ce pavé d'éviter ce tirage à la ligne qui empoisonne actuellement le genre. La structure est de plus en plus celle d'une saga où l'on suit l'évolution des personnages autant que les intrigues dans lesquelles ils évoluent, chaque tome pouvant se lire indépendamment, bien sûr, même si l'auteur nous ménage un petit cliffhanger final après un dernier acte très grand spectacle évitant de peu le grand-guignol. Avec une écriture sèche sans être bâclée, les cinq cent cinquante pages de ce roman se dévorent, avec juste ce supplément d'âme et d'honnêteté qui le différencient du thriller industriel de base. Il manquerait peut-être un poil de personnalité... Mais de nos jours, ce n'est pas une valeur très "bankable", comme on dit.

Citation

Dorian Barbarossa fait ce métier depuis des années et il le fait bien. On peut même dire qu'il le fait mieux que la plupart de ses collègues. Son secret est simple. Il n'a peur de rien. Personne n'a encore réussi à l'arrêter. Alors il ose ce qu'aucun d'entre eux n'osera jamais.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 15 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page