Veuve noire

Tu as raison mon gars. Cela ne fait aucun doute, c'est notre devoir de tordre les bras en cas de nécessité, même s'il s'agit de bébé.
Miyuki Miyabe - Du sang sur la toile
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 18 novembre

Contenu

Roman - Policier

Veuve noire

Historique - Guerre - Artistique MAJ vendredi 15 novembre 2013

Femmes des années 1920

La guerre est l'occasion de nombreux bouleversements de société. Celle de 14-18 n'a pas dérogé à la règle, et a été le point d'orgue autour duquel s'est cristallisé la question féminine. Au sein de "Cœur noir", des éditions Archipel, une collection qui entend restituer une époque, ses problèmes et sa culture, à travers une intrigue empruntant au registre policier, Michel Quint a décidé de s'installer dans l'immédiat après-guerre. Cela lui permet de dresser en toile de fond le bouillonnement culturel de la période - c'est le début de la peinture "moderne", et le lancement des Surréalistes. De manière à dresser un portrait fidèle de la condition féminine, l'intrigue va tourner autour d'un personnage (Léonie Rivière) et d'une thématique (l'art). Pour situer tout de suite le débat, Michel Quint ouvre avec la description du Chemin des Dames et d'un viol. Le violeur tue la femme et les soldats qui se trouvaient avec lui ce qui lui permet d'obtenir différentes identités. Léonie Rivière, jeune veuve de guerre, femme moderne mais ruinée, journaliste qui travaille à la pige dans les milieux culturels, essaie de survivre dans un monde où les hommes reviennent et veulent reprendre leur place. Sa rencontre dans le Montparnasse des années 1920 avec Edgar Prouville, aboutit à une liaison très vite arrêtée par la disparition de ce dernier alors même que ce beau ténébreux, apprenti courtier en peinture, semblait baigner dans le trafic des œuvres d'art. Ses recherches et reportages l'entrainent vers les sociétés de rencontres qui prolifèrent : veuves cherchant un peu d'amour (y compris contre de l'argent), hommes revenus du front et ne trouvant plus leur femme. Sociétés qui confinent parfois à l'escroquerie et qui par goût du lucre ne font que peu de recherches sur leurs clients. Léonie trouvera ainsi les traces d'un certain Landru !
Crise des identités, mais aussi crises de la société car la guerre a tout chamboulé : les femmes restées à l'arrière sont parfois infidèles, elles ont parfois même des envies d'autonomie. Les hommes, eux, sont de retour, perturbés par la guerre : on se promène avec des couteaux faits main dans la poche. Les politiciens croient créer les conditions d'une paix universelle alors qu'ils ne font que préparer les conditions de la prochaine guerre. Les artistes sont dégoûtés des massacres, mais leurs œuvres sont le reflet de cette violence, exercée aussi à l'encontre de leurs ainés. Veuve noire montre le métier de Michel Quint qui arrive, malgré la distance courte du roman, à glisser sa documentation historique au sein d'une intrigue centrée sur son héroïne présentée dans toute sa complexité. Une jolie réussite.

Nominations :
Prix des lecteurs de Villeneuve lez Avignon 2014

Citation

Celles-là, leur seul salut social et financier est dans le mariage... Vous comprenez la prospérité des agences matrimoniales.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 15 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page