On ne joue pas avec la mort

Cette certitude béate de l'œil de la science moderne qui voit tout, cette conviction qu'il n'y aura plus jamais d'ingénuité humaine à l'avenir ; cela me donne foi en la fausseté du rapport scientifique par ailleurs désorientant.
Arthur Phillips - La Tragédie d'Arthur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 septembre

Contenu

Roman - Noir

On ne joue pas avec la mort

Social - Corruption - Trafic MAJ lundi 14 octobre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Emily St. John Mandel
The Singer's Gun - 2010
Traduit de l'anglais (Canada) par Gérard de Chergé
Paris : Rivages, août 2013
302 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2589-4
Coll. "Thriller"

La profondeur de la surface des choses

Anton est bien un cadre d'entreprise de notre temps : technophile, un tantinet immature, un peu égocentrique, vivotant sans trop se soucier des désastres que son propre fonctionnement provoque - à un moment du roman, il enverra un ami à rendez-vous mortel. Le sait-il ? Le soupçonne-t-il seulement ? L'indécision demeurera. Mais Anton va se marier même si par deux fois déjà sa fiancée, au dernier moment, a repoussé la date. Alors Anton retourne travailler dans une entreprise où il est mis dans un placard doré qui lui permet de jouer au basket avec des boules de papier et de tromper son ennui e, imaginant des jeux érotiques avec sa secrétaire. Finalement, Anton part en voyage de noces mais il est surtout chargé par sa cousine d'y attendre un inconnu pour lui remettre un petit paquet, même si pour ce faire, il ne doit pas revenir de son propre voyage de noces !
La vie d'Anton peut vous sembler étrange. C'est pourtant le thème et l'intrigue de ce nouveau roman d'Emily St. John Mandel. En 1988, Paul Auster avait introduit des préoccupations post-modernes dans le roman noir avec sa "Trilogie new-yorkaise". Aujourd'hui, cela contamine de bien belle manière le thriller. Anton vit de magouilles, et lorsqu'il décide de devenir honnête, les choses se déglinguent. Les personnages trompent leur ennui dans l'attente d'événements qu'ils ne maîtrisent pas et dont ils semblent peu se soucier. Le style de l'auteur restitue à merveille ces plages de langueur, ces moments de rien, ces allers-retours dans une réalité si concrète qu'elle en devient abstraite et absurde, jusque dans le dénouement final qui confirme l'amoralité du monde.
Tout le monde se promène lentement sur des plages paradisiaques, savoure des sorties au restaurant. Cet univers aseptisé, où l'on parle d'art et de culture, de facultés prestigieuses, fait d'autant mieux ressortir les morts en hors champ, les trafics d'être humains dans des conteneurs, des réseaux de prostitution qui n'hésitent absolument pas à tuer, toutes ces "saletés" qui font fonctionner le beau monde, mais qu'il est si facile d'oublier, même lorsque c'est son propre gagne-pain. En cela, le nouveau roman d'Emily St. John Mandel est une pure réussite.

Récompenses :
Prix Mystère du Meilleur roman étranger 2014

Citation

Non pas qu'il fut tombé en désamour - indifférence n'était pas le bon mot, c'était à la fois plus doux et plus précis -, mais il n'était pas sûr du tout d'avoir eu raison de l'épouser.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 13 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page