Gruk et le gang des Pelotti

Quelle catastrophe, la vie, quel carnage. Elle voit la sienne comme un paysage dévasté par la guerre où subsistent ça et là des garennes miraculeusement épargnées, des petits chemins où les adolescents s'embrassent, cachés derrière les arbres, des halliers abandonnés entre les cratères de bombes, des landes négligées par les armées belligérantes.
Laurence Biberfeld - Ce qui vit le rouge-gorge
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 septembre

Contenu

Roman - Policier

Gruk et le gang des Pelotti

Ethnologique - Gang MAJ vendredi 20 septembre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

À partir de 9 ans

Prix: 6,45 €

Josh Lacey
Grk and the Pelotti Gang - 2006
Ronan Badel (illustrateur)
Traduit de l'anglais par Anne Krief
Paris : Gallimard jeunesse, juin 2013
228 p. ; illustrations en noir & blanc ; 18 x 13 cm
ISBN 978-2-07-065364-5
Coll. "Folio junior", 1658

Favelas de cœur

Quelle peut bien être la relation entre un dangereux gang de braqueurs de banques au Brésil et un petit garçon amateur de jeux vidéo et son petit chien ? Vous donnez votre langue au chat ? C'est probablement parce que vous ne connaissez pas le duo de choc que constituent Tim et Gruk, dont Gruk et le gang des Pelotti est la deuxième aventure. Car lorsque les amis de Tim (Gruk est son fidèle compagnon à quatre pattes), Natacha et Max lisent dans la presse que de redoutables malfrats, que leur père maintenant décédé avait mis en prison, ont recommencé à commettre leurs méfaits, ils n'hésitent pas une seule seconde à partir pour le Brésil. Et, bien entendu, Tim ne peut les laisser partir ainsi à l'aventure – et à l'insu de ses parents – sans lui : le point de départ d'une enquête haletante et passionnante qui mènera Tim et les lecteurs à la découverte des favelas, du Brésil, et du milieu d'un certain grand banditisme.
Munis d'une bonne dose de courage et de la carte bleue empruntée aux parents de Tim, les trois enfants et leur compagnon Gruk traversent donc l'Atlantique, où leurs enquêtes respectives les égareront et les feront se séparer. Livré à lui-même après s'être perdu, Tim va rapidement retomber par hasard sur les trois frères Pelotti, membres du gang du même nom. Piégé, puis secouru par des personnages attachants et pittoresques, Tim va devoir compter sur lui-même, et évidemment sur Gruk, toujours sur ses pas, pour le protéger et le seconder. Déterminé à retrouver ces hommes, qu'il sait mauvais, le petit garçon va puiser dans ses méninges et ses forces pour mener à bien cette enquête qui compte tant pour ses amis.
Avec justesse et finesse, Josh Lacey nous parle de pauvreté, d'amitié, de misère, de tromperie, mais aussi de confiance et de désobéissance. Il trouve les mots justes pour narrer et expliquer le fossé qui existe entre des enfants du même âge mais ayant grandi dans deux univers différents : le foyer aimant de parents occidentaux ou les rues malpropres et dangereuses des favelas. Sans porter de jugement, l'auteur explique pourquoi il est parfois plus simple de faire de mauvaises choses, mais aussi comment être juste peut être bénéfique. Et si Tim décide de faire confiance, c'est parce qu'il a compris que c'est la meilleure façon d'aider et de donner aux autres confiance en eux. Courses poursuites, planques, braquages, kidnapping, suspense, travail d'investigation et remue-ménage des méninges sont au rendez-vous, amenés par des personnages hauts en couleur et attachants. Le cocktail fonctionne très bien, l'intrigue est passionnante : une vraie réussite. Une histoire fraiche, amusante, dynamique, qui ravira encore une fois les amateurs de ces "Tintin et Milou" des temps modernes, accros aux jeux vidéo et autres gadgets technologiques, et au cœur gros comme ça.

Citation

Sans Game Boy à partager, ni vélo à comparer, ni professeur de maths dont se moquer, Tim ne voyait vraiment pas comment on pouvait s'y prendre pour se faire des amis.

Rédacteur: Catherine Thiéry vendredi 20 septembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page