Les Clous du fakir

Qui sait comment je m'appelle, dit l'inconnu. Sentenzia, Elliot Belt, Angel Eyes. Le nom n'a pas d'importance. Pour toi ce sera la brute.
Patrick Chatelier - Pas le bon, pas le truand
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 12 décembre

Contenu

Roman - Noir

Les Clous du fakir

Psychologique - Musique MAJ mardi 19 mai 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Public averti

Prix: 16 €

Pierre Hanot
Paris : Fayard, mars 2009
200 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 9782213643298
Coll. "Noir"

En dehors des clous

Celui qui perd ses parents est orphelin. Celui qui perd sa compagne est veuf. Mais il n'existe pas de mot pour désigner celui qui perd son enfant, parce que la chose est si insupportable, qu'un mot ne peut la contenir. Comment traduire cet indicible est pourtant ce à quoi s'attaque Pierre Hanot dans Les Clous du fakir.
Sur fond de petits trafics et de rock'n roll, le narrateur nous dévoile peu à peu comment il a laissé filer ce à quoi il tenait le plus, et la vengeance qu'il fomente, comme si celle-ci pouvait rétablir le monde sinon dans l'état dans lequel il se trouvait avant l'effondrement, du moins dans un état supportable. En une écriture dense, tendue, musclée, l'auteur, par touches successives, parce que sans doute appréhender la situation dans son ensemble est inhumain, en des allers et retours entre son passé et son présent, peint sa vision macabre de la perte d'un enfant. Il en résulte un tableau qui ne peut se regarder qu'à distance, qui ne prend sens qu'avec le recul. De près, dans l'instant, il faut se contenter d'admirer les coups de pinceau, les taches de couleurs dont il ressort quelques moments de pure poésie rock'n roll.
Les Clous du fakir est un roman noir atypique. Pierre Hanot a su trouver un style original dans un genre aux codes parfois trop figés. Il s'en dédouane, sort des clous, et cette liberté, si elle éveille en nous la curiosité, demande toutefois une certaine ouverture, une envie d'être bousculé dans ses habitudes de lecteur. Les Clous du fakir est aussi un texte douloureux dans son propos mais on en sort touché d'avoir accompli avec le narrateur, père déchiré entre la rage d'aimer et celle de tuer, l'exploit de les avoir supportés un à un, ces clous, piquant la chair, révélant toutes les partie du corps pour mieux intégrer celui-ci dans le monde qui l'entoure, le monde tel qu'il est et que l'on ne peut plus changer. À moins peut-être d'accomplir cette vengeance ? Rien n'est moins sûr.

Récompenses :
Prix Erckmann-Chatrian 2009

Nominations :
Prix des lecteurs Ancres noires 2010
Prix Polar Michel Lebrun Lycéen 2010

Citation

Non, Julia, ta venue au monde ne m'a rien appris de la mienne

Rédacteur: Jean-Claude Lalumière jeudi 14 mai 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page