La Charge héroïque

Clark serra le manche humide de sa batte. Il remarqua un grain de beauté sur la nuque de Finn, et c'est là-dessus qu'il se concentra. C'était sa cible.
Brian Freeman - Le Voyeur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

DVD - Western

La Charge héroïque

Ethnologique - Road Movie MAJ mardi 04 juin 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 20 €

John Ford
She Wore a Yellow Ribbon - 1949
Paris : Montparnasse, novembre 2007
1 DVD VOST-VF Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm
Coll. "DVD collector"

La dernière patrouille

C'est un John Wayne étonnement vieilli (quelle moustache saugrenue) - il a quarante-deux ans, il en parait cinquante-cinq - qui interprète un officier de carrière à six jours de la retraite en poste dans un fort reculé peu de temps après Little Big Horn, qui a vu la victoire des indiens de Sitting Bull et Crazing Horse sur les troupes de Custer, laissant derrière eux deux cent douze cadavres, et sûrement autant de scalps. Le capitaine Nathan Brittles n'est pas fâché de partir à la retraite. Chaque matin, après l'arrivée de son officier en second, roublard et grand amateur de wisky (l'immense Victor McLaglen, que John Ford connait bien pour l'avoir dirigé dans La Patrouille perdue et surtout dans Le Mouchard), il coche un jour dans son calendrier, mais les guerriers-chiens des Cheyennes du Sud sont sur le sentier de la guerre, et celui qui monologue sur la tombe de sa femme va être amené à diriger sa dernière patrouille, une dernière patrouille avec chariot et femmes - la femme et la nièce du commandant retournant à la ville malgré ses protestations. La nièce, c'est l'espiègle Joanne Dru qui vient tout juste de tourner dans La Rivière rouge, d'Howard Hawks, et qui pour l'heure fait tourner les têtes de deux officiers amenés à prendre des commandements d'importance au cours de cette Charge héroïque. Le film déroule alors une espèce de western movie avec une patrouille qui avance en file indienne dans des décors somptueux où le coucher de soleil laisse entendre par ses rouges prononcés qu'un désastre est imminent, alternant marche à cheval et à pied, découvrant que les indiens Arapahos suivent la même trajectoire qu'elle. "Ne vous excusez pas, c'est un signe de faiblesse", répète à qui veut l'entendre John Wayne, et en fin tacticien, il va justement débusquer la faiblesse des indiens, largement supérieurs en nombre, lors d'un final hallucinant et héroïque, pour ramener un peuple à la raison. Un peuple que le capitaine Brittles apprécie au point d'aller à sa rencontre, de fumer le calumet avec les vieux chefs que les jeunes pousses indiennes n'écoutent plus. Un western plein de rebondissements sur fond de musique militaire ("She Wore a Yellow Ribbon", qui lui donne son titre original en américain), et doté d'une curieuse approche humaine, avec un John Wayne en figure de proue humaniste teintée d'humour, et toute une galerie d'acteurs du genre. Efficace et brillant.

La Charge héroïque (100 min.) : réalisé par John Ford sur un scénario de Frank S. Nugent et Laurence Stallings d'après une histoire de James Warner Bellah. Avec : John Wayne, Victor McLaglen, Ben Johnson, Joanne Dru, John Agar, Harry Carey Jr., Mildred Natwick, George O'Brien...
Bonus. Entretien avec John Ford (25 min.). "Elle portait un ruban jaune", entretien avec Bernard Eisenschitz (20 min.). "A Ribbon on the Land", analyse de Tag Gallagher (17 min.). Galerie de peintures de Frederic Remington. Bande-annonce d'époque.
Livret. Biographie et filmographie de John Ford.

Citation

Ne vous excusez pas, c'est un signe de faiblesse.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 03 juin 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page