Anges de Berlin

Depuis vingt ans, j'ai accumulé, épluché, recoupé, analysé et synthétisé des milliers de 'cold cases' aux États-Unis, afin de tenter d'y découvrir des analogies avec l'assassinat d'Elizabeth Short. Avec Qui a tué le Dahlia noir ? vous avez en main le résultat de cette quête obsessionnelle.
Stéphane Bourgoin - Qui a tué le Dahlia noir ?
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 22 septembre

Contenu

Roman - Noir

Anges de Berlin

Gothique - Musique MAJ samedi 23 mai 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 10 €

Sylvie Deshors
Rodez : Le Rouergue, mai 2007
208 p. ; 17 x 12 cm
ISBN 978-2-84156-822-2
Coll. "DoAdo Noir"

Berlin by night

Mary, la mère de Solti, disparaît lors d'un concert auquel elle assistait à Berlin. Avec l'aide d'un couple de Punks et d'un jeune DJ, Solti va découvrir le passé trouble de sa mère, ancienne anarchiste, dans une ville qu'elle apprend à connaître. Des groupuscules néo-nazis sont de la partie. Mary avait rendez-vous avec Lamia, une militante d'origine turque. Or, Lamia est retrouvée assassinée. À chaque fois que sa mère tente de l'appeler sur son portable, Solti rate la communication. Un soir, elle se fait agresser et raser la tête. La tension de Solti est à la hauteur de son angoisse. Un sentiment de viol l'étreint. Un certain Archangelo se manifeste alors sur un forum du Net. Il a des informations sur la disparition de Mary.
Anges de Berlin part à la conquête du Berlin underground. Sous couvert d'une quête, Sylvie Deshors aborde des thèmes d'actualité tout en nous faisant visiter une ville qu'elle aime nous faire découvrir. Les interrogations d'une fille sur sa mère dont, finalement, elle ne connaît que peu de choses, et l'absence du père sont au cœur du récit. L'intrigue sert avant tout de faire-valoir à ces questions essentielles. Un récit qui transporte le lecteur et lui fait affronter des luttes de cultures et d'idéologies, mais dont le dénouement laisse planer un léger goût d'inachevé.

Citation

Normalement, ce sont les filles qui se tirent sans prévenir, pas les mères.

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 02 mai 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page