Les Mystères de la troisième République. 1, Les Démons des années 30

Ce que vous me décrivez est tout bonnement un empoisonnement à la belladonne ou à la jusquiame, voire à l'aconit. Qu'est-ce que ce pauvre diable de Polonais a bien pu faire pour être empoisonné ?
Michèle Barrière - Meurtres à la pomme d'or
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 22 septembre

Contenu

Bande dessinée - Policier

Les Mystères de la troisième République. 1, Les Démons des années 30

Assassinat - Faits divers MAJ lundi 27 mai 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 13,9 €

Philippe Richelle (scénario), Pierre Wachs (dessin)
Claudia Boccato (coloriste)
Grenoble : Glénat, mai 2013
56 p. ; illustrations en couleur ; 32 x 24 cm
ISBN 978-2-7234-8936-2
Coll. "Grafica"

Presse muselée ?

Septembre 1937. Fabre, directeur de publication de La Vérité, reçoit par la Poste la tête d'un porc. Le même jour, il part dans sa résidence secondaire, seul, du côté de Villerville. Il n'en reviendra que les pieds devant malgré la présence à ses côtés d'un bon véloce dogue allemand et d'une carabine. La brigade mobile de Versailles va alors enquêter. Parmi celle-ci, Perrier, beau blond dragueur de femmes mariées adepte de la savate, et Peretti, ténébreux brun opiniâtre, boxeur tout pareil. Le scénario de Philippe Richelle est bien ficelé, et va apporter son lot de rebondissements à une affaire somme toute classique, surtout depuis l'affaire Caillaux-Calmette. Enquêter avant-guerre sur le directeur d'un journal, fut-il une feuille de chou qui multiplie les ragots, n'est pas chose aisée, et Perrier et Peretti marchent sur des œufs malgré leurs velléités de prouver leur intégrité. Car Fabre a brisé bien des carrières politiques tout au long de sa vie. Aussi, les suspects ne manquent pas à commencer dans son entourage. L'homme était doté d'une violence verbale qui n'avait d'égal que le peu d'estime qu'il avait pour ses concitoyens. Se déroule alors une enquête classique avec ses vraies et fausses pistes, l'acharnement de la police, sa gestion des témoins d'antan, ses bonnes et mauvaises manières, ses rapports proxénètes, ses conflits d'intérêt, sa loyauté politique. La trame se trouve être morcelée, et de nombreux flashbacks viennent rompre les investigations qui peuvent s'avérer monotones (pour la police, guère pour le lecteur). L'occasion pour Pierre Wachs de modifier le ton de ses cases, de passer à du monochrome, de s'attarder sur des visages débonnaires mais pourtant en furie, de dépeindre un univers typé - celui des années 1930 -, de s'arrêter sur la jeunesse de ce jeune Franck Peretti, du temps où il jouait de la trompette et où il croisait dans la rue Claire Morel, la fille du directeur d'usine où son père était employé. Fille du directeur d'usine qu'il reverra bien des années après, en même temps qu'Hemingway. Le coupable du meurtre de Fabre démasqué, Franck Peretti tiendra en mains le dossier de "L'Affaire Roger Allendrot", preuve s'il en fallait une que le crime paie surtout dans une France partagée entre communisme et fascisme à la toute veille de la Seconde Guerre mondiale... Un premier album qui augure d'une jolie série.

Citation

Maintenant, examinons le problème un tant soit peu sérieusement... Si les hommes politiques vengeaient dans le sang tous les coups bas dont ils sont victimes, les allées du pouvoir seraient jonchées de cadavres.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 19 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page