Au pire, qu'est-ce qu'on risque ?

Le bruit s'intensifia, la véranda était protégée par un simple toit sans plafond, et le vacarme de pluie tambourinant sur le fer-blanc dominait tous les autres sons, même le vent fouettant les arbres semblait agir en silence.
William Gay - La Demeure éternelle
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Rouge ou mort
Ce n'est pas du noir, mais notons tout de même que le mot "mort" est dans le titre. Ce n'est pas ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 02 septembre

Contenu

Roman - Insolite

Au pire, qu'est-ce qu'on risque ?

Braquage/Cambriolage MAJ mardi 11 novembre 2008

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9 €

Donald Westlake
What's the worst that could happen? - 1996
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Marie-Caroline Aubert
Paris : Rivages, février 2007
416 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-1198-7
Coll. "Noir", 495
John Archibald Dortmunder

Ce qu'il faut savoir sur la série

John Archibald Dortmunder, chômeur invétéré, est le plus malchanceux des cambrioleurs de New York. Ses plans géniaux sont assujettis aux aléas de la ville. Un magasin qui déménage et c'est une affaire rondement menée qui s'écroule. À ses côtés, sa compagne, May, caissière chez Bohack, et toute une clique de spécialistes des casses qui se réunissent au O.J. Bar & Grill d'Amsterdam Avenue. Là, officie le barman Rollo qui nomme tout ce beau monde par ce qu'il boit. Ainsi Dortmunder se voit affublé d'un "double-bourbon-glacé", pendant que Stan Murch, le chauffeur, est doté d'un laconique "bière-et-sel", parfaite injure au mercantilisme d'un bar : le sel sert à faire mousser une bière que l'on tient à faire durer ! Ensemble, la vie n'est pas banale et le moindre coup prend des proportions dantesques, mais jamais ils ne perdent de vue leur objectif.

Chronique

Un cambriolage facile dans une maison désertée par ses propriétaires, il n'y a rien de mieux pour renflouer ses caisses. Malheureusement, Dortmunder croise un flingue sur son chemin. Le proprio est un sacré filou. Auprès des flics venus arrêter Dortmunder, il revendique une bague, héritage de May. Dortmunder, voleur volé, est humilié, vaincu. La honte totale. Une fermeture Éclair lui permet de s'échapper de la voiture de police. À partir de là, Dortmunder n'a qu'une idée en tête : récupérer sa bague. Les casses s'enchaînent, l'argent s'amasse comme jamais, mais Dortmunder s'en fiche. Il veut sa bague. L'homme à la bague se réfugie dans un casino sous haute protection. L'occasion qu'attendait Dortmunder. Le coup du siècle va n'être qu'une vulgaire diversion pour obtenir le Graal, la bague...
Donald Westlake est le créateur de la mise en abyme d'une situation. Une chose en entraîne une autre, et ainsi de suite. Le procédé, ici poussé à son paroxysme dans une atmosphère purement irréelle, donne à la récupération d'une bague une dimension disproportionnée qui est à hurler de rire. Mission accomplie, monsieur Westlake !

Citation

Trouve un travail, ou alors, trouve un flingue, mais ne mendie pas. C'est grossier.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 21 juillet 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page