Rosa mortalis

C'est un bourreau, ne cessais-je de me répéter. C'est un bourreau. Mais ces mots n'avaient plus de signification.
Christian Lehmann - La Nature du mal
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 13 novembre

Contenu

Roman - Policier

Rosa mortalis

Humoristique - Tueur en série - Assassinat MAJ vendredi 03 mai 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Élisa Vix
Rodez : Le Rouergue, février 2013
282 p. ; 24 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-0475-1
Coll. "Noir"

Le Vix dans la peau

Avec Rosa mortalis, Élisa Vix décide de se confronter à deux lieux communs du roman policier : le tueur en série assorti d'un crime dans lequel sont impliquées des jumelles.
Son personnage récurrent, Thierry Sauvage, est un policier qui a atteint la quarantaine mais qui refuse de prendre des décisions autant dans sa vie personnelle que dans son métier. Cela ne l'empêche pas de se voir confier une enquête difficile, surtout qu'il est le seul fonctionnaire de police disponible. L'histoire est corsée comme un café noir : une jeune femme a été retrouvée morte par sa sœur jumelle, héritière d'une importante usine locale. Des doutes naissent : celle qui est enterrée est-elle la bonne jumelle ? Il n'y a pas d'enquête policière (et littéraire) digne de ce nom sans une adjointe méritante, mais cette dernière fait faux bond car contactée par un vieux gendarme : un violeur en série devenu assassin projette de tuer une nouvelle victime. Or cette adjointe est la fille de l'assassin, née de son premier viol... Œdipe fout le camp, mais pas avec ses complexes et ses perturbation dans cette comédie policière où se nouent également des sous-sous-intrigues sur fond de lutte anti-publicité où apparait la femme de Thierry Sauvage, militante à la dérive, et de vols à la tire de sacs à main - avec là encore sa femme en victime.
Tous ces éléments vont se rejoindre pour former l'ossature intelligente d'un roman qui oscille sans cesse entre noirceur - un inceste, un violeur en série qui revient sur les lieux de son crime -, et des éléments plus légers avec un Thierry Sauvage aux prises avec ses bébés et sa famille, et les actions de groupes militants montrés avec ironie. Même si le récit agréable perd un peu avec les explications finales qui, même logiques et pressenties dans le cas du tueur en série, ne parviennent pas forcément à nous convaincre totalement, Élisa Vix maintient le suspense sur ses jumelles et sur l'identité du tueur tout au long de son intrigue, en la cachant sous les habits du quotidien de ses personnages avec une certaine maitrise, et en multipliant les saynètes ludiques. Un bon tour de Vix...

Nominations :
Mille et une feuilles noires 2013

Citation

Je ne m'identifie pas Joanna, je suis un professionnel ! Et je n'aime pas vois insinuations ! j'ai toujours su faire la part des choses. Je sais garder la tête froide, moi, bordel de merde !

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 03 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page