Sa vie dans les yeux d'une poupée

- Ils pensent pouvoir s'amuser un peu, mais ils ont oublié une vérité essentielle... - Laquelle John ? - Personne ne fait chier John Constantine.
Ian Rankin & Werther Dell'Edera - Dark Entries
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 15 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Sa vie dans les yeux d'une poupée

Psychologique - Tueur en série - Médical MAJ jeudi 25 avril 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Ingrid Desjours
Paris : Plon, mars 2013
328 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-259-21399-8
Coll. "Suspense thriller"

Rédemption impossible

Dès les premières pages du nouveau roman d'Ingrid Desjours, deux personnages se télescopent et, du coup, leur vie déjà chamboulée va s'en trouver encore plus transformée. L'un des deux, Barbara Bilessi, jeune femme de vingt-quatre ans, plutôt transparente, cache son désespoir et vit sous la coupe d'une mère aveugle. Cette toute nouvelle esthéticienne se retrouve suivie puis violée dans un parc. Son dédoublement de personnalité n'attendait que ce moment pour se déclarer. L'autre, Marc Percolèse, capitaine de police trompé par sa femme, a été victime d'un accident de la route. Sa femme y a perdu la vie, lui une jambe. Depuis, malgré sa reprise de service, il ne peut s'empêcher de hurler sa rage envers la société. Quelques mois plus tard, une tueuse en série s'en prend aux hommes qu'elle appâte comme prostituée. Marc Percolèse réussit à reconnaitre, malgré une photo floue, Barbara Bilessi. Il cherche à la piéger mais se retrouve lui-même piégé par la force des sentiments qui l'amènent tout naturellement à la croire innocente.

Sa vie dans les yeux d'une poupée, roman centré autour de ces deux personnages, déroule des trajectoires de vie différentes, de leur rencontre fortuite à leurs retrouvailles sanglantes. L'étude fine sur Barbara Bilessi montre à quel point Ingrid Desjours s'est documentée pour nous présenter un quasi cas d'école d'une personne assassine qui souffre de crises de multiple-personnalités, et elle parvient à le retranscrire de manière logique et évidente. Si évidente peut-être qu'une part du suspense disparait pour les lecteurs vraiment amateurs du genre. Son capitaine de police qui, finalement, passant par le cynisme le plus brutal, croit trouver un avenir plus heureux en essayant de prouver l'innocence de celle qu'il pense être victime de son entourage, ouvre quelques pages plus alertes dans un roman aussi sombre que la psyché et le cagibi où vit son héroïne. Le choix de n'évoquer que ces deux acteurs, réduisant les autres à des figurines dans le décor, renforce, stylistiquement, l'angoisse et l'oppression nauséeuse du texte. Une nausée qui gagne les personnages, dont le corps est malmené de bout en bout - amputation, énucléation, accouchement sordide, viol horrible, fellation imposée, désincarcération de corps dans des voitures en flammes... - pour faire encore mieux ressortir la "propreté" de l'amour naissant entre ces deux estropiés de la vie.

Citation

En le serrant contre elle, le corps de l'enfant, dans un état de putréfaction plus avancé encore que celui des deux autres cadavres, laisse échapper un gargouillis ainsi qu'un liquide sirupeux.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 24 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page