La Femme qui valait trois milliards

Ainsi était fait le monde : composé de quelques rares individus presque parfaits (nous-mêmes), d'un grand nombre de personnes qui faisaient de leur mieux, mais qui n'étaient pas si parfaites que cela (nos amis et collègues) et de quelques autres qui se montraient franchement désagréables (nos ennemis et adversaires).
Alexander McCall Smith - Un safari tout confort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Thriller

La Femme qui valait trois milliards

Tueur en série - Ésotérique MAJ mercredi 17 avril 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Boris Dokmak
Paris : Ring, avril 2013
638 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 979-10-91447-06-5

Retour de la momie

Lorsque l'on découvre en Belgique, le corps atrocement torturé d'une jeune femme, on se dit : "Mince encore une histoire de tueur en série !" Puis, avec l'analyse Adn qui viennent au secours de bien des situations, les choses étrangement se compliquent car l'assassin ne serait autre que Paris Hilton. Celle qui avait du statut d'héritière un métier m'as-tu-vu a pourtant disparu depuis des années. Boris DokmaK ressuscite une star décalée pour un roman qui l'est tout autant.

Tout d'abord, il s'agit d'une histoire de tueur en série mais qui limite sa collection à un nombre extrêmement réduit de victimes. L'enquête est menée en parallèle par un policier belge dont l'un des principaux faits de gloire sera de se retrouver dans une prison de la douane américaine, et par un ancien des services secrets chargé de protéger Paris Hilton et qui a failli - bien plus qu'on ne le croit d'ailleurs. Comme dans tout thriller ou presque, il y a des Russes et des Américains mais pour éviter de sombrer dans le connu, les deux intrigues se décalent avec un demi-siècle d'écart : là où les Américains protègent un président en exercice, les Russes réfléchissent à l'embaumement de Staline...
Boris Dokmak aligne donc de nombreux éléments archétypaux du thriller avec de longs développements sur le choix d'une arme, des parrains de la drogue, des tueurs fous et sanguinaires, des attaques en bateau, des filatures, des complots, des secrets d'État, des faussaires, des vedettes du showbizz, des dépaysements, et des mercenaires blessés mais qui continuent leur boulot en serrant les dents. Son intrigue joue sur une opposition. La femme du titre qui vaut trois milliards est-elle Paris Hilton ou plutôt cette momie que l'on retrouve et qui serait unique ? L'ensemble est décrit dans un futur proche où se développent des luttes sordides. L'auteur parvient à maintenir, par un style nerveux, la ligne étroite entre le modèle et sa parodie fine pour présenter une histoire forte - les éditions Ring avaient débuté en publiant le sulfureux Maurice G. Dantec avec Satellite Sisters, et ce livre en a des airs d'épures - qui joue sur plusieurs niveaux avec force et conviction. Tous les éléments disparates dont nous avons parlé s'adaptent au final comme dans un puzzle pour créer un suspense intelligent qui lie l'Égypte antique et les dérives médiatiques actuelles. Une affaire à suivre...

Nominations :
Prix Polar Michel Lebrun 2013

Citation

La blonde conductrice, encore impeccablement coiffée et maquillée, dont la bouche saignait lentement, comme un trait de rouge à lèvres qui progressait sur la joue, avait rendu l'âme au moment où les secouristes accédaient enfin à elle.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 16 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page