La Clique dorée

Monsieur Deibler, le bourreau, fait signe à HH de s'avancer.
Bruno Dehaye - Les Grandes affaires criminelles de l'Oise
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 11 décembre

Contenu

Roman - Noir

La Clique dorée

Social - Arnaque - Vengeance - Complot MAJ mardi 23 avril 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 23,9 €

Émile Gaboriau
Préface de Thierry Chevrier
Saint-Malo : Pascal Galodé, juin 2012
552 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-35593-215-1
Coll. "Univers grands romans"

Affairistes et voyous

Émile Gaboriau est entré dans l'Histoire littéraire avec les enquêtes de son célèbre Monsieur Lecoq. Il a fait de nombreux émules et son détective a donné naissance à une lignée de prestigieux enquêteurs, dont le célébrissime Sherlock Holmes. Mais Émile Gaboriau a écrit d'autres romans où, autour d'une intrigue de type policier, il décrivait avec un regard acéré les turpitudes des classes sociales de son époque. La Clique dorée, comme le remarquable La Corde au cou, relèvent de cette veine.

L'histoire débute dans un immeuble à la réputation douteuse. Le père Ravinet, un brocanteur, arrive précipitamment chez le couple de concierges parce qu'il a entendu une plainte venant de la chambre de Mlle Henriette. Sur place, il enfonce la porte et découvre la jeune fille dans un nuage de fumée de charbon. Elle respire faiblement. Sur la commode, Ravinet aperçoit une feuille de papier, le testament de la pauvresse, et deux lettres. Il empoche le tout, discrètement, pendant que deux voisines, alertées par le bruit, raniment Henriette. Constatant l'extrême dénuement de la pièce, il va chercher dans son entrepôt de quoi la coucher confortablement et chauffer la chambre.
Rentré chez lui, il examine les courriers. Ils sont adressés au comte de la Ville-Handry, (le père de la jeune fille) et à Maxime de Brevan. Elle accuse le premier de l'avoir abandonnée à la haine de Sarah Brandon, et le second de lâcheté et d'infamie. Le père Ravinet semble être très intéressé par le contenu de ces courriers et en connaître des éléments.
Plus tard, quand la petite est en partie remise, il lui offre son aide. Henriette hésite.
Elle se remémore toutes les étapes qui l'ont amenée à vouloir mourir.
Pourtant, sa vie a commencé sous les meilleurs auspices. Née dans une famille aisée, adorée par sa mère, elle a eu une enfance heureuse et choyée. C'est au décès de cette dernière que les choses évoluent, quand son père tombe dans les rets d'une aventurière et qu'elle-même combat pour sauver sa situation et l'amour de sa vie...

Avec le père Ravinet, le romancier crée un personnage tout en ambiguïté. Dès le début du récit, il le place comme une figure énigmatique. Il lui fait exercer un métier dévalorisant, regardé avec dédain, voire mépris. Cependant, il semble posséder beaucoup d'informations sur l'héroïne et sur ceux qui gravitent autour d'elle. La lecture des lettres le bouleverse car elles "avaient avivé en son âme des blessures atroces et mal cicatrisées". Puis, l'auteur places d'intrigantes réflexions comme "l'espoir d'une vengeance longtemps attendue".

Émile Gaboriau fait alterner passé et présent avec le récit de la vie de la jeune fille, ses déboires familiaux, sentimentaux, l'entrée en scène des différents protagonistes du drame. Émile Gaboriau peint alors, une galerie de personnages aux caractères finement étudiés, avec l'emphase, avec les moult démonstrations de sentiments exacerbés comme on le pratiquait à l'époque. Il brosse ainsi, une société d'affairistes, de parvenus dont l'écho a une résonance très actuelle. On ne peut s'empêcher de faire des rapprochements et de mesurer la modernité de ce texte. Il dresse quelques portraits saisissants de finesse et de pertinence comme le père d'Henriette : "Sous le brillant gentilhomme... elle avait découvert un être absolument nul, borné, incapable d'une idée si on ne la lui soufflait..." Il montre aussi le rôle des femmes qui, en fait, avec un statut qui les plaçait en retrait, avec une attitude effacée, tiraient toutes les ficelles.
Il fait montre d'un humour malicieux, au second degré, instillé par petites touches délicieuses.

On peut, toutefois, reprocher un certain manichéisme, dressant seulement deux groupes, les Bons animés de sentiments altruistes, les Méchants sans aucune commisération.

Mais l'auteur connait son affaire en matière de construction d'intrigue, sait faire monter la tension, amener nombre de coups de théâtre dans une histoire passionnante.

La Clique dorée est un roman qui gagne à être découvert pour la richesse de son intrigue, son évolution subtile, par la peinture des mœurs d'une époque si proche de la nôtre.

Citation

Ce n'est guère que dans les romans qu'on voit des inconnus se prendre soudainement d'un confiance illimitée et se raconter leur vie entière sans restrictions, sans réserver même leurs secrets les plus intimes et les plus chers. Dans la vie réelle, on y met plus de façons.

Rédacteur: Serge Perraud lundi 15 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page