Léo Prat et la forme blanche

Nous vivons dans un univers de fiction, au point que la fiction prend souvent le pas sur la réalité ou que les deux se confondent. Les personnalités politiques se comportent comme des acteurs et inversement. Les télévisions convertissent les faits réels en anecdotes. L'analyse laisse la place à la narration.
Philip Le Roy - La Dernière frontière
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Léo Prat et la forme blanche

Fantastique - Psychologique - Tueur en série MAJ vendredi 12 avril 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Bernard Vitiello
Jean-Claude Claeys (illustrateur de couverture)
Orléans : Déméter, avril 2011
294 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-916548-62-3
Coll. "Noir"

La démesure de tout chose

Un tueur en série terrorise la ville avec déjà à son actif trois femmes, et Léo Prat a la furieuse impression que l'affaire le concerne. Lorsqu'il comprend qu'en fait le modèle de femmes tuées correspond au profil de sa tendre et bien-aimée, il s'inquiète encore plus. À partir de ce début d'intrigue, Bernard Vitiello nous montre qu'il n'a peur de rien. Voilà qu'apparaît la forme blanche du titre : un éclair qui réduit les personnages à une taille inférieure. Devenus minuscules, ses personnages sont poursuivis dans les rues de la ville par le tueur lui aussi rapetissé pour l'occasion. Et une deuxième charge réduisante s'ajoute pour compliquer encore les choses avant qu'un savant fou, ami de la famille, ne donne son explication de ces événements. Si une grande partie du roman est donc invalidée, il faut en revenir à cette histoire de tueur en série... Comme la compagne ressemble à une victime potentielle, pourquoi ne pas s'en servir comme chèvre pour capturer le satané tueur en série ? Le vilain odieux méchant sera démasqué après moult développements psychologiques et psychanalytiques sur sa vie. On ne pourra donc pas reprocher à Bernard Vitiello le caractère étriqué de son roman qui au contraire brasse dans tous les sens, virevolte, multiplie les notes de bas de page, se saisit de références marseillaises, part régulièrement là où l'on ne l'attend pas. Dès son exergue, il s'auto-cite pour signaler que le polar peut tout raconter car il est la vie. Effectivement, Bernard Vitiello raconte beaucoup, digresse, tire dans tous les sens comme si sa vie en dépendait. Ces soubresauts créent une ambiance particulière qui peut décourager un lecteur habitué aux intrigues rationnelles, à un fil narratif strict, à des personnages balisés. Les autres, amateurs d'Ovnis littéraires, en seront pour leur imagination.

Récompenses :
Prix Virtuel du Polar 2011

Citation

Je fronçai les sourcils, je me grattai le front, ce qui fit illico résonner sous mon crane une corne de brume époque Vikings flamboyants.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 12 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page