Contre X

Il avait vraiment construit un pont entre les mondes et personne en dehors de nous deux ne l'avait jamais vu. Il m'incombait désormais de porter le souvenir des morts sur mon dos.
Elizabeth Hand - Images fantômes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 12 décembre

Contenu

Roman - Policier

Contre X

Social - Énigme - Infiltration MAJ vendredi 29 mars 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 6,9 €

Patrice Dard
François Boucq (illustrateur de couverture)
Paris : Fayard, février 2013
266 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-213-67130-7
Coll. "Littérature française"
Les Nouvelles aventures de San-Antonio, 24

Ce qu'il faut savoir sur la série

Depuis bientôt dix ans, Patrice Dard a repris la série des San-Antonio créée par son père en 1949. Dans "Les Nouvelles aventures de San-Antonio", les intrigues sont plus construites, plus charpentées. Moins d'exotisme, de voyages ou d'extravagances, mais plus de sérieux, de réalisme, de quotidien de flic. On lorgne davantage vers l'enquête de proximité, le meurtre de petite vieille, que vers les jamesbonderies. Même si quelques escapades au Sénégal ou au Canada ont déjà eu lieu.
On y baise un peu moins que dans les anciennes aventures, mais c'est que Patrice Dard a déclaré vouloir aussi séduire le lectorat féminin. Seulement, le naturel revient vite au galop, et Béru et San-A n'ont pas fini de traîner leur chibre en des couches aux odeurs légères.
Il y a moins de digressions, aussi. Mais c'est sans doute parce que le rythme est plus enlevé. Et les créations stylistiques, les métaphores osées et l'écriture alerte sont là. Et puis Patrice Dard a fait le tri dans ses personnages. Exit les Salami, Marie-Marie et autres personnages dont on ne savait plus que faire. Retour à la Trinité San-A/Béru/Pinaud. Avec la présence des enfants de, Toinet et Amélie, comme une symbolique évidente.
Dans "Les Nouvelles aventures de San-Antonio", l'âge des personnages est enfin fixé. Et certains ont pris un coup de vieux. San-A parle du temps qui passe, compte ses pattes d'oie et ses cheveux blancs. Avant de repartir à l'action. Car dans les nouveaux San-A, on est fier d'être dans une lignée, fier de porter un nom illustre. On sait d'où on vient, pour mieux savoir où va.

Très soft

Autant le reconnaître, le pitch du nouveau San-Antonio nous faisait peur avant même d'avoir défloré le book : suite à l'assassinat de différents membres de l'équipe d'un film X, San-A et Bérurier mènent l'enquête selon une méthode bien établie : l'infiltration. L'Ignoble rejoint donc le tournage en tant que hardeur pour enquêter incognito.
Pourquoi donc cette crainte post lecture ? Immerger Bérurier dans des milieux propices au décalage comique est une ficelle vieille comme Hérode, dument exploitée par Dard, père et fils, avec quelques titres d'anthologie. Quand une recette est bonne, pourquoi en changer ? D'autant que Berthe Bérurier est amenée à suppléer à son tour une actrice défuntée. Donc banco de principe.
C'est en revanche la corporation choisie qui nous faisait craindre le pire : celle des boulards et autres films de poutre. On se souvient en effet d'une sortie de Patrice Dard, il y a quelques années déjà, qui s'énervait contre ceux qui lui reprochaient de mettre moins de cul dans ses nouvelles aventures, et qu'il se sentait obligé d'en rajouter pour faire plaisir à tout le monde.
Aïe, aïe, aïe ! Était-ce à dire que dans Contre X, on allait assister, le thème aidant, à une surenchère blasée dans le graveleux, à une triste hyperbole pubienne, à un geyser d'émissions séminales allant à l'encontre de l'essence même du sexe san-antonien ?
Car ce qu'il faudrait qu'on se carre dans le crâne, une bonne fois pour toutes, c'est que passé quatorze ans, on ne lit plus les San-A pour se pignoler. Que, à de rares exceptions près, les scènes de baise sont hénormes, rabelaisiennes, second, troisième, voire quatrième degré. Qu'elles sont avant tout drôles, avant que d'être bandantes. Et que pour se taper un rassis, autant lire un "Brigade Mondaine" où tout est à prendre au pied de la lettre. Alors qu'est-ce qui nous attendait dans celui-ci ? Ȧ quoi s'attendre avec Béru en digne successeur de Rocco et ses sœurs ?
Ma foi, bien joué, l'artiste ! Jolie pirouette de Patrice Dard : on nous vend ce San-A comme sulfureux, et à l'arrivée, par une seule scène de sexe ! Ȧ peine deux rapports bucco-génitaux tout juste entamés, même pas achevés. Pour le reste : fume, c'est du Belge ! Qu'on aurait presque envie d'offrir des petites pilules bleues au beau commissaire. L'auteur nous prend joliment à contre-pied, et nous voici rassurés. Oh, bien sûr, le cul est présent. Mais évoqué, suggéré, à l'état de prémices, et toujours drôle, bref, comme il doit l'être dans un San-Antonio digne de ce nom.
Mais il n'y a pas que le cul, dans la vie, nous direz-vous ! Et le reste du book, alors ? Début très prometteur, fils narratifs lâchés dans toutes les directions, caution san-antonienne avec les interventions de Béru et de sa Baleine (mais pourquoi diable Patrice Dard ne l'utilise-t-il pas autant ? C'est certainement le personnage secondaire de la geste qu'il maîtrise le mieux), des métaphores et des comparaisons qui font mouche, plus aucune digression, peu d'états d'âme et un final précipité et grand-guignolesque.
La routine, quoi.

Citation

Quoi ? Pour dire 'oui' les Japonaises disent 'aïe' ! Alors, q''est-ce qu'elles disent quand on les encule ?

Rédacteur: Maxime Gillio jeudi 28 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page