Du plomb dans la tête

L'inconvénient des petites villes, on connaît les gens qu'on arrête, on connaît leur mère. En l'espèce, on couche avec, même si bien sûr c'était plus que ça.
Philipp Meyer - Un arrière-goût de rouille
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Bande dessinée - Thriller

Du plomb dans la tête

Politique - Road Movie - Tueur à gages MAJ lundi 11 mars 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 22 €

Matz (scénario), Colin Wilson (dessin)
Préface de Matz & Walter Hill
Chris Blythe (coloriste)
Paris : Casterman, février 2013
172 p. ; illustrations en couleur ; 31 x 23 cm
ISBN 978-2-203-06073-9
Coll. "Ligne rouge"

La pêche au gros

Walter Hill a adapté librement le triptyque Du plomb dans la tête, de Wilson & Matz avec Sylvester Stallone en guest star. Cela valait bien une réédition de la part des éditions Casterman avec en sus des préfaces du réalisateur du film, et du scénariste de la bande dessinée.
Le pitch de départ, très cinématographique vous l'aurez deviné, tient en deux lignes : des tueurs à gages éliminent un sénateur piégé en pleins ébats avec une prostituée mineure. Mais alors que le scandale est censé faire la Une des journaux, il est étouffé au grand dam des tueurs et des flics, et suscite l'interrogation de journalistes. À partir de ce moment-là, on se demande comment Matz va faire pour éviter de nous sortir un énième scénario de thriller politique sur fond de complot où au final les tueurs sont traqués et une vérité - qui ne sera pas forcément la vérité - éclate au grand jour.
Alors il faut bien avouer que la trame ne manque pas d'originalité dans cette aventure avant tout de mecs. Il y a trois équipes : deux tueurs, deux journalistes et deux flics. Chacune des équipes va perdre en route un membre. Souvent celui auquel on s'est attaché. Hasard ? Hum, hum... Pire encore : les survivants vont faire une alliance de fortune. Surprenant ? Pas tant que cela car ce sont trois héros au caractère fort et revanchard, mais assurément non conventionnels. Ensemble, ils vont aller pêcher les petits poissons dans un aquarium de requins histoire de faire remonter les gros poissons à la surface et ainsi les pêcher à leur tour. L'image est aussi séduisante que l'idée est jouissive.
Le scénario est touffu avec de longs dialogues qui auraient pu se trouver dans un roman graphique. Il faut avouer que Matz se régale avec des dialogues absurdes (les chaussures à deux mille dollars, les femmes idéales, Kim Basinger), et qu'il ajoute un élément drolatique (la merde de chien qui conduit à l'assassinat de deux chiens sous le coup de la colère). On pourrait croire tout cela gratuit, uniquement pour donner une touche de légèreté à ce road comic urbain et sanglant, mais il n'en est évidemment rien. Chaque détail, même grotesque, a son importance. Et Colin Wilson, me direz-vous ? Le dessinateur néo-zélandais s'amuse des dialogues, et concocte des cases nerveuses d'un trait acéré. Il se joue des contrastes, nous plongeant parfois dans une ambiance de romance pour mieux faire rejaillir la violence qui surgit la page d'après ajoutant ainsi à notre incompréhension du pourquoi. Car tout est planifié et trouve une conclusion à une épopée thriller qui est étrangement dans la lignée des romans noirs. Un bien bel ouvrage...

NdR - Du plomb dans la tête comporte Les Petits poissons (2004), Les Gros poissons (2005) et Du bordel dans l'aquarium (2006).

Illustration intérieure


Citation

Les gens pourraient pas arrêter de s'entretuer de temps en temps dans cette putain de ville ?

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 10 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page