Parc Avenue

Aujourd'hui, dans le ravin, il s'est produit quelque chose de terrible.
Gustavo Malajovich - Le Jardin de bronze
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Nouvelle - Noir

Parc Avenue

Social MAJ vendredi 17 avril 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Jerry Wilson
Five Stories - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Luc Baranger
Muret : Zanzibar, avril 2009
96 p. ; 18 x 13 cm
ISBN 978-2-35931-001-6
Coll. "Histoires courtes"

Alcohol & Cigarettes - Part II

Le parc est au cœur de ces cinq nouvelles à travers lesquelles passent, repassent mais ne trépassent pas Wheezer, Bob la Seringue et surtout Swiveller. Autant de personnages en marge de la société, étrangement humains, toujours prompts à avoir une pensée altruiste, que ce soit pour une femme battue qui allaite son bébé sous des branchages et dans le vent (À cause du vent), que pour protéger un ivrogne recherché par la police (Une bonne chose de faite). Véritable héros et terrain de jeu, le parc, des fois, héberge un gourou et sa caravane (Swamy Moody), d'autres fois est témoin d'une scène macabre où un gus croque le doigt d'une morte pour lui retirer une bague (La Nana noix de coco), et tout se finit devant une pelletée de merde et un bon café (Y a vraiment pas de quoi).
Cinq nouvelles qui proposent des protagonistes junkies, qui veulent s'en sortir, débrouillards, qui des fois tiennent des discours dignes d'un Jésuite, d'autres fois se prennent pour le Prêcheur de La Nuit du chasseur, de Davis Grubb, tout en ayant troqué les mots "amour" et "haine" de leurs phalanges pour les remplacer par "va te faire" et "foutre" au-dessus des sourcils, et ergotent sur le fait que Martin Luther King avait du PQ ou pas. Et si certains croisent la route de Dieu, ce n'est sûrement pas grâce au gourou de pacotille, masse musculaire au cerveau embrumé qu'incarne Swamy Moody, mais parce qu'il a un autre Nom : Dean Irvin Edward Updike. Tout au long de ces nouvelles, l'alcool coule à flot, les mégots se ramassent à la pelle. Tout ceci procède à l'unité des rencontres et des partages. On pense à Erskine Caldwell et sa galerie de personnages dans Le Petit arpent du bon Dieu, à ces épaves qui nous apprennent l'humilité, à ne pas simplement juger une carcasse. Ceux qui ont très peu et beaucoup à donner. À commencer par un morceau de tôle !

Citation

T'es drôlement adroit pour un gars qui débite des conneries à longueur de journée.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 16 avril 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page